Version classiqueVersion mobile

Z pour Zombies

 | 
Samuel Archibald
, 
Antonio Dominguez Leiva
, 
Bernard Perron

Chapitre 9. 28 Days Later et l’illusion gothique : du corps à corps au corps-raccord

Claudia Boutin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le corps constitue le point focal du gothique contemporain. Qu’il soit pris d’assaut par des forces surnaturelles, qu’il soit modifié génétiquement ou chirurgicalement, il « devient un spectacle » (Spooner, 2006 : 63, ma traduction) dont les excès choquent, dégoûtent et fascinent. Percé, troué, rapiécé, hybride : un corps gothique affiche une malléabilité et une mutabilité remettant en question la suprématie d’une identité stable et linéaire. Si les monstres classiques sont bien ancrés dans la tradition gothique, la figure du zombie y est encore peu abordée. Étant avant tout une créature cinématographique, le zombie est un joueur encore tout jeune dans la culture populaire, n’ayant pas un passé littéraire aussi volumineux que le vampire, le loup-garou ou l’extraterrestre. Le corps du zombie à l’écran est sans aucun doute un facteur qui peut l’avoir tenu à l’écart de la théorie gothique jusqu’à présent. Pour Misha Kavka, le gothique « se manifeste par des codes visuels liminaux (quel...

Auteur

Étudiante à la maîtrise en études cinématographiques à l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur le gothique, l’acteur de cinéma et le corps à l’écran.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search