Version classiqueVersion mobile

Z pour Zombies

 | 
Samuel Archibald
, 
Antonio Dominguez Leiva
, 
Bernard Perron

Chapitre 5. La vie sexuelle des affamés et des putrides : les représentations de la sexualité dans les récits de zombies

Sarah Cleary

Note de l’éditeur

Texte traduit de l’anglais par Sarah Grenier-Millette, revisé par Audette Provost.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

— Nous ne pouvons pas. Je suis en vie et tu es… morte.
— Je n’ai pas de préjugé, mon amour.
Michele Soavi, Cemetery Man

C’est de la nécrophilie « si on est morts tous les deux1 » ? demande le zombie de S. G. Brown dans Breathers : A Zombie’s Lament (2009 : 171). La question mérite qu’on s’y attarde. N’est-ce là qu’un jeu sémantique ? Les rapports avec un cadavre sont-ils bel et bien absous, le tabou est-il levé dès lors que l’acte est commis dans un récit de zombies prenant manifestement le parti de l’abject et du grotesque ? Partant de ces questions, je me propose d’examiner la représentation de la sexualité dans les récits de zombies, et plus précisément comment cette représentation se lie à une posture soit de répression soit de transgression.

Je tenterai aussi d’aborder la sexualité dans ces récits dans la perspective des théories de Mikhaïl Bakhtine sur l’esthétique du grotesque et l’espace carnavalesque, telles qu’elles sont présentées dans Rabelais and His World ([1965] 1984). En...

Auteur

Sarah Cleary termine des études de doctorat au Trinity College de Dublin. Dans le cadre de sa thèse, elle étudie la relation entre les enfants et un siècle de textes d’horreur controversés au cinéma, dans la bande dessinée et le jeu vidéo. Elle est également tutrice au Trinity College en littérature populaire et romantique. Elle a présenté de nombreuses communications sur l’horreur, la manipulation des médias et la sexualité, notamment dans le cadre d’une conférence de l’International Gothic Association et de conférences internationales abordant les zombies. Elle signe régulièrement des critiques dans le Irish Journal of Gothic Horror. Dans ses temps libres, elle produit The Rocky Horror Picture Show à Dublin.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search