Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contrôle des jeunes déviants

 | 
Dominique Duprez
, 
Nicolas Sallée
, 
Fabien Desage

Troisième partie. Catégorisations sociales

10. Le contrôle policier des jeunes itinérants à Montréal : une atteinte aux droits fondamentaux

Céline Bellot et Marie-Ève Sylvestre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’occupation de la rue1 suscite très largement la désapprobation, voire même la condamnation, spécialement lorsqu’il s’agit de jeunes personnes (Bellot, 2001). En choisissant de « s’arrêter » plus ou moins longtemps dans la rue, ces derniers contreviennent à l’usage fonctionnel de circulation qui lui est dévolue. Cette occupation « statique » des espaces publics s’explique notamment par le désir de liberté et le besoin d’être en groupe généralement associés à la jeunesse (Parazelli, 2002). Certes, les processus de catégorisation des jeunes dans l’espace public font l’objet de nombreuses controverses. En effet, que l’on parle de jeunes de la rue, de jeunes dans la rue, de gangs de rue ou de jeunes en situation de rue, chacune de ces catégorisations renvoie à la fois à des usages singuliers de l’espace public, mais aussi à des politiques publiques spécifiques (Rothé, 2013 ; Bernard, 2006). Pour autant, au Québec, ces catégorisations désignent le plus souvent des jeunes occupant la rue...

Auteurs

Professeure à l’École de service social de l’Université de Montréal.

Professeure à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540