Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contrôle des jeunes déviants

 | 
Dominique Duprez
, 
Nicolas Sallée
, 
Fabien Desage

Deuxième partie. Pratiques professionnelles

5. Les centres éducatifs fermés (France) n’ont-ils de « fermés » que le nom ?

Nicolas Sallée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pas de miradors ni de sas d’entrée, mais un simple portail coulissant, tout sauf blindé, dont le système de fermeture automatisé n’est pas toujours en état de marche1. Pas de barreaux ni de barbelés, mais des plexiglas qui, recouvrant l’espace de la fenêtre, font office de protection anti-suicide. Pas de surveillants ni de professionnels en uniformes, mais des éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Pas de doute, le centre éducatif fermé (CEF) de Liars2 n’est pas une prison. En quoi dès lors est-il « fermé » ?

Les CEF ont été créés par la loi Perben I du 9 septembre 2002, celle-là même qui a acté la construction des controversés établissements pénitentiaires pour mineurs (Chantraine et al., 2011). Plus encore que ces derniers, les CEF sont apparus, au début des années 2000, comme un enjeu politique de première importance. Durant la compétition électorale qui a précédé l’échéance présidentielle de 2002, où le thème de « l’insécurité » a occupé une place centrale, ...

Auteur

Professeur au Département de sociologie de l’Université de Montréal et chercheur collaborateur au Centre international de criminologie comparée (CICC).

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540