Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contrôle des jeunes déviants

 | 
Dominique Duprez
, 
Nicolas Sallée
, 
Fabien Desage

Deuxième partie. Pratiques professionnelles

4. Intervenir en délinquance au Québec : traditions et résistances

Marc Alain et Sylvie Hamel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La plupart des acteurs québécois des centres jeunesse sont convaincus de la spécificité de leurs institutions au sein du Canada. En effet, le traitement de la délinquance juvénile y est significativement plus institutionnalisé qu’ailleurs : le placement des mineurs en internat y a été considéré par les intervenants comme une mesure thérapeutique, et pas seulement punitive. Dans ce cadre, l’entrée en vigueur de la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (LSJPA) en 2003 et l’établissement de nouvelles prérogatives accordées en 2002 par le gouvernement québécois aux organismes communautaires de justice alternative ont bouleversé ces repères normatifs.

Dans une perspective historique et sociologique, nous reviendrons d’abord sur la façon dont le système de traitement de la délinquance des jeunes s’est développé au Québec. Puis, nous présenterons les résultats d’une enquête qualitative réalisée dans cinq régions distinctes auprès de représentants des deux groupes d’intervena...

Auteurs

Professeur titulaire au Département de psychoéducation de l’Université du Québec à Trois-Rivières et chercheur principal à l’Institut universitaire du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de la région de la Capitale nationale.

Professeure au Département de psychoéducation de l’Université du Québec à Trois-Rivières, chercheure au Centre international de criminologie comparée (CICC).

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540