Version classiqueVersion mobile

Le contrôle des jeunes déviants

 | 
Dominique Duprez
, 
Nicolas Sallée
, 
Fabien Desage

Première partie. Savoirs

1. Approches savantes et approches politiques de la délinquance juvénile : des liaisons dangereuses

Gérard Mauger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si, dans la perspective de Durkheim (1900), « nous appelons crime tout acte puni », le crime ainsi défini est indissociable de la peine (comme, par extension, la déviance l’est de la stigmatisation), c’est-à-dire de la « réaction sociale » et du contrôle qu’elle induit. De ce point de vue, la déviance étant inséparable du contrôle social, l’étude de la sociogenèse des déviances, qui constitue l’objet des théories de la délinquance, est elle-même liée à celle du contrôle social. La perspective de Foucault (1975) prend acte de ces connexions entre les dispositifs de coercition et les éléments de savoir correspondants. Dans ce cadre, savoir et pouvoir sont inséparables : ils s’impliquent directement l’un l’autre : « il faut constater, écrit Foucault, que le pouvoir produit du savoir ; que pouvoir et savoir s’impliquent directement l’un l’autre ; qu’il n’y a pas de relations de pouvoir sans constitution corrélative d’un champ de savoir, ni de savoir qui ne suppose et ne constitue en mêm...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search