Version classiqueVersion mobile

L'ethnicité et ses frontières

 | 
Danielle Juteau

Un rapport transversal

Chapitre 12. Les ambiguïtés de la citoyenneté québécoise : exit le pluralisme ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis vingt ans, cela est bien connu, nous assistons, tant dans le champ scientifique que dans la sphère politique et l’espace civique, au retour du citoyen (Kymlicka et Norman, 1995). Le Forum national sur la citoyenneté et l’intégration (2000) et le Rapport de la Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de langue française au Québec (2001) en témoignent éloquemment.

Un tel engouement est lié, certes, à une volonté de démocratisation. À la fois statut et pratique, la citoyenneté comporte des obligations et des droits visant à assurer l’égalité des membres d’une collectivité. Néanmoins, c’est l’idée que j’avance dans ce chapitre, cette popularité n’est pas étrangère à l’ambiguïté que recèle ce terme et revêt ce projet. Pour en appréhender les multiples facettes, je me pencherai sur deux enjeux, étroitement liés à la définition marshallienne de la citoyenneté1 et autour desquels se manifestent « the politics of citizenship » : l’actualisation de l’égalité et la défi...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search