Version classiqueVersion mobile

L'ethnicité et ses frontières

 | 
Danielle Juteau

Un rapport transversal

Chapitre 11. Un paradigme féministe matérialiste de l’intersectionnalité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un article publié il y a vingt ans sur l’articulation des rapports sociaux (1994), je théorisais les interconnexions entre diverses formes d’oppression et incitais les lecteurs à substituer à des catégories souvent inertes les rapports sociaux — ethniques et raciaux, de sexe et de classe — qui en sont constitutifs. J’ajoutais, dans la foulée des critiques du réductionnisme marxiste (Hall, 1985, 1986), qu’il fallait rejeter l’opposition binaire entre infra et superstructure pour se pencher sur les liens unissant les diverses instances. Mais les vaillants efforts alors déployés coïncidèrent avec le déclin du marxisme et la montée du poststructuralisme et du postmodernisme ; les rapports sociaux disparurent du discours et de l’analyse.

Depuis, l’intersectionnalité1 a fait sa fulgurante entrée en scène, elle s’est imposée comme le terme désignant « l’articulation des identités et inégalités multiples » (Bilge, 2009, p. 71), le must d’une analyse soucieuse d’appréhender la complexité...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search