Version classiqueVersion mobile

L'ethnicité et ses frontières

 | 
Danielle Juteau

Une frontière à deux faces

Chapitre 8. L’ethnicité comme rapport social

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le point de départ de ma réflexion est simple : l’ethnicité constitue un fait social qu’on a intérêt à reconnaître et à comprendre, dans ses dimensions objectives et subjectives.

La croyance en des ancêtres communs, réels ou putatifs, est ce qui distingue le groupe ethnique d’autres catégories sociales et culturelles, telles que les femmes, les prolétaires, les jeunes, les universitaires. Source de passions et d’actions qui n’ont cesse d’inquiéter, l’ethnicité semble insaisissable. Elle évoque des images de feu et de sang qu’alimente une conception naturaliste des faits sociaux. Les conflits dits ethniques apparaissent alors fondés sur la croyance en des liens du sang, en des liens primordiaux opposant des groupes aux frontières immuables, étanches et irrévocables. On comprend, en conséquence, que les chercheurs qui s’emploient à expliquer socialement la construction des groupes humains au regard de leurs rapports, alliances et conflits, soient amenés à rejeter immédiatement l’ethnic...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search