Version classiqueVersion mobile

L'ethnicité et ses frontières

 | 
Danielle Juteau

Une frontière à deux faces

Chapitre 7. L’option pluraliste : un défi pour la « nation »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aux revendications du droit à la différence des années 1960 ont succédé les débats entourant le droit à la reconnaissance1. Tandis que se multiplient les discours sur l’hybridité et que se déploient les modèles de gestion de la diversité ethnique, une ambiguïté, à laquelle je consacre cette réflexion, perdure. Il s’agit de la définition même de la collectivité nationale.

Penser la « nation2 », c’est examiner son évolution historique et ses formes particulières3, certes, mais c’est aussi se pencher sur la conception qu’on s’en fait et sur les discours qu’elle suscite4. Penser la nation québécoise de manière inclusive, cela commande de surcroît qu’on aille jusqu’au bout du chemin que trace l’option pluraliste.

« Un concept vexant parce que chargé d’émotion »

Ce mot de Weber5 à propos de la nation ne devrait pas surprendre dans un pays où se confrontent plusieurs questions nationales. Mais le concept de nation est vexant pour plusieurs autres raisons ; polysémique, il demeure fuyant, sour...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search