Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La santé maternelle et infantile

44. Des comités garantissent le caractère éthique des recherches en santé

Béatrice Godard et Matthew Hunt

Texte intégral

  • 1 L’éthique est l’art de diriger la conduite : comment répondre face à une situation pour laquelle il (...)

1Les comités d’éthique de la recherche ont été créés pour promouvoir les normes d’éthique1 les plus rigoureuses dans la conduite de recherches faisant appel à des êtres humains. Ces normes ont été édictées à la suite d’expériences médicales conduites sur des patients sans leur consentement ou sans se préoccuper de leur santé, ou encore sans se soucier si certaines études répondaient aux besoins et aux intérêts des communautés. Ces normes reposent sur les principes moraux ou éthiques que sont le respect de la personne, la bienfaisance, la justice sociale. En pratique, elles se traduisent par l’obtention du consentement, écrit ou oral, des participants à une étude et par l’évaluation par les chercheurs des bénéfices et des risques de l’étude. Elles concernent de fait la participation de personnes ou de leurs communautés et s’associent à un recrutement des participants juste et équitable pour la conduite d’une étude. Une des attentes consiste en ce que les bénéfices et les risques de l’étude soient distribués équitablement et que les buts et les valeurs de l’étude soient alignés sur ceux de la communauté afin de prévenir sa stigmatisation ou sa marginalisation. Ces normes sont reconnues à l’échelle internationale. Elles sont même parfois intégrées dans des lois ou règlements.

2Ces normes permettent de guider les chercheurs, qu’il s’agisse d’études biomédicales, comportementales, épidémiologiques ou en sciences sociales. En effet, elles les guident pour protéger les personnes qui participent à leurs études, mais aussi pour que leur recherche soit utile à la société. Dès lors que des personnes participent à une étude, il est attendu qu’elle aboutisse à des connaissances scientifiques importantes qui soient communiquées à l’ensemble de la société et qui contribuent au bien-être de la société en général.

3C’est justement cet attendu qui fait que, malgré l’approbation par un comité d’éthique de la recherche, celui-ci ne peut pas garantir le caractère éthique de l’étude. Nous passerons en revue quatre idées largement répandues sur les comités d’éthique de la recherche qui montrent que la protection des individus et des communautés n’est pas automatique, mais qu’il s’agit plutôt d’un idéal éthique à atteindre.

4Les membres du comité d’éthique de la recherche ont l’expertise et l’autonomie suffisantes pour évaluer le caractère scientifique et éthique des projets de recherche qui leur sont soumis.

  • Tout comité d’éthique de la recherche doit être composé de membres réunissant différentes expertises. Or, la recherche scientifique est complexe, pouvant faire appel dans une même étude à différentes disciplines et méthodologies. Cela demande que les membres comprennent bien la science derrière le projet, ce qui n’est pas toujours possible, dès lors que ceux-ci ne peuvent pas être experts dans tous les domaines.

  • Pour prévenir les risques de certaines études, il est souvent recommandé d’effectuer un suivi des études. Ceci nécessite des ressources financières et humaines que la plupart des comités d’éthique n’ont pas. Le nombre élevé des demandes d’approbation de projets de recherche est une autre limite au suivi des études en cours.

  • Quant à l’indépendance des comités d’éthique de la recherche, elle est relative : le financement de certaines études va parfois permettre aux participants d’accéder à des services et le refus d’approuver une étude, soit pour des motifs scientifiques, méthodologiques ou éthiques risque donc de pénaliser ces participants. De même, le refus d’approuver une étude dirigée par un collègue risque d’entraîner des conflits potentiels. Ou encore, une étude refusée par un comité d’éthique peut être approuvée par un autre comité. De nombreux comités d’éthique se plaignent d’un manque de soutien institutionnel dans leur processus de décision.

5Le comité d’éthique de la recherche garantit que l’étude va produire des résultats importants et significatifs.

  • Les chercheurs sélectionnent les individus qui devraient faire partie de l’étude et ceux qui devraient en être exclus. Dans la recherche clinique, les critères d’exclusion sont de plus en plus nombreux afin de maximiser les chances d’obtenir des résultats. Ainsi, sont souvent exclues les femmes, les personnes âgées de moins de 40 ans ou âgées de plus 65 ans, les personnes qui fument, qui prennent des médicaments, etc. Ces critères d’exclusion sont appliqués presque systématiquement, même si l’argument pour l’exclusion est rarement remis en question. Ce phénomène exclut un nombre important d’individus qui pourraient bénéficier des résultats de ces recherches, et la généralisation de ces résultats à l’ensemble de la communauté peut être remise en cause. De telles études risquent de produire des résultats partiels ou non fiables.

6Le comité d’éthique de la recherche garantit que les chercheurs vont rapporter les résultats aux participants et à la communauté.

7Il est de plus en plus demandé aux chercheurs de transmettre les connaissances scientifiques en divulguant leurs résultats, en rendant leurs publications accessibles. À nouveau, voici quelques exemples de biais de publication pouvant avoir des conséquences éthiques :

  • Report des résultats négatifs : les auteurs et les éditeurs des revues scientifiques ont plus tendance à publier des expériences ayant obtenu un résultat positif que celles ayant obtenu un résultat négatif ou nul. Cela donne aux lecteurs une perception biaisée de l’état de la recherche. En effet, les chercheurs tendent à considérer un résultat négatif ou non significatif statistiquement comme moins important, car ils craignent que leur article soit refusé par la revue ou que leurs résultats limitent la mise en marché d’une innovation scientifique. Ils préfèrent dans de tels cas ne pas publier ces résultats. D’autres chercheurs sont tenus au secret industriel et ne peuvent donc pas publier certains résultats de recherche. Les biais de publication constituent un manque de transparence et peuvent influencer la traduction de la recherche en pratique, au risque d’engendrer des préjudices pour les individus et le public. Par exemple, en sciences biomédicales, cela peut influencer les décisions de prescriptions des médecins ou entraîner une méprise thérapeutique de la part des patients.

  • Promesses exagérées : plusieurs auteurs d’articles scientifiques clament les bénéfices potentiels des résultats de leurs études, ce qui entraîne parfois des attentes démesurées de la part de personnes à risque ou souffrant de maladies. Des précautions devraient être prises pour éviter les risques associés au battage publicitaire et à la diffusion prématurée des avantages potentiels d’une recherche.

8D’autres facteurs liés à la diffusion des résultats de recherche peuvent avoir des implications éthiques. C’est le cas lorsque les chercheurs n’ont pas les ressources pour faire traduire leurs articles en anglais, pour payer les frais de publication ou pour que leurs publications soient répertoriées dans des bases de données internationales. La conséquence est que ni la communauté scientifique ni le public ne peuvent bénéficier des connaissances de ces recherches, de même que les besoins des personnes ou des groupes sur lesquels ont porté ces recherches peuvent être plus difficilement connus et étudiés et des interventions mises en place.

9L’approbation d’une étude par un comité d’éthique de la recherche garantit qu’elle contribue au bien-être d’une communauté ou de la société en général.

10Même si l’utilité sociale est devenue un critère important dans l’approbation scientifique et éthique d’une étude, de nombreuses études sont financées et n’apportent pas vraiment de nouvelles connaissances :

  • C’est le cas des études visant à produire des médicaments génériques. L’argument que la production de ces médicaments contribue à en diminuer le coût est contesté. De plus, du fait que des volontaires sains participent à ces études principalement parce qu’ils sont payés pour le faire, on constate que ces volontaires sont très souvent vulnérables économiquement et on craint que certains pourraient se porter volontaires trop souvent et devenir des bénévoles professionnels. Le risque d’une interaction médicamenteuse et d’une anémie de prélèvement de sang excessif demeure.

11D’autres études sont financées et n’apportent pas de valeur sociale à la communauté qui fait l’objet de l’étude :

  • C’est le cas d’études faites auprès d’individus et de groupes qui ne bénéficient pas des résultats subséquents de l’étude, par exemple après la mise au point de thérapies. En plus d’avoir fait subir les inconvénients, ces études risquent de renforcer des inégalités plutôt que de les diminuer.

  • Il y a aussi les effets contraires de la recherche sociale, notamment sur l’exclusion, les discriminations et la pauvreté. Il se peut que les résultats de la recherche, une fois médiatisés, pénalisent davantage la population, alors que le but était totalement autre. Ces effets peuvent toucher les populations étudiées en augmentant, par exemple, leur déqualification aux yeux de l’opinion publique ; à son tour, l’opinion publique pourra devenir plus hostile et craintive devant les populations démunies ; pour les législateurs et les agents de répression, la recherche sociale pourra donner plus de légitimité au contrôle social et à la coercition.

12Il est toutefois possible de réduire les risques liés aux limites méthodologiques ou à la diffusion des résultats de recherche ou encore à leurs retombées sociales. Les comités d’éthique à la recherche y contribuent en appliquant des normes, lesquelles reposent sur des principes ou valeurs aujourd’hui bien établis. La formation en éthique des chercheurs, ainsi que la prise de conscience des citoyens, y contribuent également. Les limites des valeurs éthiques occidentales sont aussi de plus en plus reconnues et de nouvelles façons de faire de la recherche en partenariat avec les communautés sont privilégiées, afin de partir de leurs besoins, de tenir compte de leurs expériences et de leurs perspectives sur les causes et les solutions aux problèmes de recherche biomédicale, comportementale, épidémiologique ou en sciences sociales.

13Certes, de nombreuses questions restent non résolues pour garantir le caractère éthique des recherches et de nouveaux problèmes surgissent au fur et à mesure de l’avancement des connaissances. C’est presque le sort de la recherche scientifique en constante marche vers l’inconnu, d’où l’importance d’avoir des balises et des normes éthiques rigoureuses. Mais aucun comité d’éthique de la recherche ne saurait constituer un moyen suffisant pour assurer une conduite éthique.

14Rabelais disait déjà à son époque : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » Dans ce message, il nous enseigne que la recherche scientifique et l’éthique de la recherche n’ont pas de raison d’être séparées. Elles devraient pouvoir s’informer et se nourrir mutuellement.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Bastien, R., Tremblay, L. et Dumais, L. (2010) Stigmatisation « paradoxale » induite par la recherche sociale sur l’exclusion : discussion à partir du cas des conduites violentes chez des enfants sur le chemin de l’école. Cahiers du LAREPPS, n° 10-07.

Godard, B. et Moubé, Z. (2013) Construire et enseigner la bioéthique dans les pays francophones : au carrefour des disciplines et des pratiques. J Int Bioéthique, 24 : 53 – 72.

Mondain, N., et Arzouma, É. B. (dir.) (2012) La recherche en contexte de vulnérabilité –engagement du chercheur et enjeux éthiques. Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales.

Notes

1 L’éthique est l’art de diriger la conduite : comment répondre face à une situation pour laquelle il n’y a pas de solution optimale ? Viser un comportement éthique, c’est déterminer quelle est la meilleure façon d’agir dans un contexte donné. Il peut y avoir, dans une situation concrète, plusieurs possibilités de comportements éthiquement acceptables.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search