Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La santé maternelle et infantile

43. La recherche médicale en Afrique est un moyen pour l’Occident de tester des médicaments dangereux

Ashley Ouvrier

Texte intégral

  • 1 Comme en témoigne le procès qu’a intenté l’État de Kano, au Nigeria, contre l’industriel du médica (...)
  • 2 John le Carré et le réalisateur Fernando Meirelles retracent dans leurs œuvres respectives l’enquê (...)

1La recherche médicale – dont l’essai clinique est la procédure la plus emblématique – est un bras essentiel de la médecine sans lequel elle ne pourrait aujourd’hui prétendre avancer. Lorsqu’elle est conduite en Afrique, elle donne pourtant fréquemment lieu à des controverses1 qui réduisent ses enjeux à un combat entre David et Goliath. Celle-ci est en effet fréquemment associée à un scénario tout tracé, qui situe son principal problème dans le désir des industriels occidentaux de profiter de la vulnérabilité des populations pauvres du continent pour expérimenter leur produit afin de le revendre à prix fort sur le marché du Nord. C’est sensiblement dans cette perspective que l’écrivain John le Carré a élaboré son intrigue kenyane, La Constance du jardinier, qui fut un succès littéraire avant d’être adaptée au cinéma2. Or, envisager la recherche en Afrique comme un phénomène qui n’est qu’entre les mains des desiderata des industriels du Nord ne rend compte ni de la variété des acteurs de ce champ ni de la complexité des recherches qui s’y déroulent. Plusieurs a priori nous semblent sous-jacents à cette idée reçue selon laquelle la recherche médicale en Afrique ne serait qu’un moyen pour l’Occident de tester abusivement des molécules dangereuses sur des populations vulnérables. Nuançons cette vision à partir d’exemples concrets.

  • 3 La phase pré-clinique consiste à tester la molécule préalablement identifiée en laboratoire sur de (...)
  • 4 Les essais de stratégie thérapeutique consistent à tester une molécule ou une combinaison de moléc (...)

2En Afrique comme dans les pays du Nord, la recherche médicale est d’une grande variété, tant par ses formes que par ses objectifs. Les essais, qui sont divisés en quatre étapes progressives3, ne présentent pas les mêmes risques pour les participants. La plupart des essais de phase 1 (ceux qui présentent le plus de risques) sont d’ailleurs réalisés dans les pays du Nord, et ce sont donc plutôt les phases 2 et 3 qui sont réalisées en Afrique. Depuis une trentaine d’années, les industriels du Nord réalisent de plus en plus d’études dans les pays en voie de développement et les pays émergents, mais cette dynamique s’accompagne également d’une augmentation du nombre de recherches réalisées dans le cadre de partenariats privés-publics. Ces nouveaux consortiums, à l’image du Meningitis Vaccine Project, qui associe l’Organisation mondiale de la santé, la fondation Bill et Melinda Gates et le laboratoire GlaxoSmith & Kline, réussissent parfois à mettre à disposition des nouvelles thérapeutiques accessibles aux gouvernements des pays pauvres. Ainsi, grâce à ce collectif, un nouveau vaccin produit en Inde et vendu à moins de 300 francs CFA par dose (soit 50 centimes d’euros) permet aujourd’hui aux pays aux ressources limitées en Afrique de se prémunir contre la méningite, qui tue régulièrement sous forme d’épidémies parfois dévastatrices. Parmi les nombreuses études réalisées sur le continent, certaines sont appelées « essais de stratégie thérapeutique4 ». Elles présentent peu de risques pour les participants, puisqu’elles se font à partir de médicaments qui ont déjà obtenu l’autorisation de mise sur le marché, mais elles permettent de rendre accessibles des traitements ou des combinaisons de médicaments moins chers et plus efficaces en prouvant leur efficacité auprès d’une population. Par exemple, le Sénégal a étudié l’efficacité des médicaments antirétroviraux ainsi que leur observance alors que la communauté internationale résistait à rendre accessibles ces médicaments sur le continent, prétextant, entre autres, que les patients subsahariens étaient peu observants.

3Toute la recherche sur le continent ne peut évidemment pas se résumer à ce type de succès, car certaines recherches très controversées sont aussi menées. Mais les investissements étrangers en matière de recherche médicale ne peuvent être réduits à un bloc monolithique de mauvaises intentions dont les populations du Sud ne pourraient être que les victimes. Le marché des pays pauvres n’est pas un non-marché, il est cependant un marché du médicament différent de celui du Nord. Les organismes supranationaux comme l’OMS, l’UNICEF ainsi que de nombreux services de coopération y sont d’importants financeurs et acteurs. Les populations du Sud sont dans ce contexte des partenaires ministériels et des équipes de recherche scientifiques qui sont en mesure de négocier et d’infléchir des décisions liées aux recherches menées sur le continent. Prendre le parti que la recherche médicale en Afrique n’est qu’à la merci des industriels, c’est aussi ignorer ou sous-estimer le travail des organismes de régulation du marché global du médicament comme Médecins sans frontières, qui soutiennent vigoureusement, avec d’autres groupes du Sud et du Nord, le droit à un accès aux médicaments pour les plus pauvres.

4Derrière cet a priori d’une recherche forcément mal intentionnée sur le continent qui semble vouloir défendre le point de vue des plus faibles, on peut se demander s’il ne se cache pas aussi un vieux cliché, celui qui conduit à systématiquement considérer la figure de l’Africain comme celle de la victime ou de l’opprimé. Ainsi, on oublie souvent que les médecins et politiciens qui encadrent, soutiennent et autorisent les études réalisées sur le continent sont aussi des citoyens africains. Des études anthropologiques de plus en plus importantes montrent la manière dont les chercheurs et le personnel paramédical africain se saisissent avec finesse des moyens et des ressources des essais cliniques pour répondre à leurs besoins en matière de santé et de développement. La recherche médicale constitue parfois un moyen pour ces derniers de pallier les failles de leur système de santé, de rendre accessibles des traitements ou des soins de qualité à leurs patients démunis, ou encore de mieux rémunérer des cliniciens ou chercheurs locaux dans une politique de résistance à la fuite des cerveaux africains vers l’Europe ou les États-Unis. Ces appropriations de la recherche médicale sur le continent rend, cependant, les frontières entre recherche, développement et soins parfois très poreuses. Cette situation pose évidemment des questions sur le sens et les limites de la recherche médicale en Afrique.

5La recherche médicale sur le continent présente ainsi un ensemble d’inconvénients et d’avantages compte tenu des contextes dans lesquels elle est réalisée. Ceux-ci doivent donc être rigoureusement analysés avant de crier au complot ou au scandale. Si le scénario de John le Carré et les analyses de type complotiste sont populaires, la réalité montre que les pratiques de la recherche sur l’homme en Afrique et ses enjeux sont plus complexes. Si, bien sûr, il est essentiel d’être vigilant et de condamner les recherches médicales qui ne respectent pas les recommandations internationales en matière d’éthique, il nous semble tout aussi important de faire remarquer les études cliniques potentiellement bénéfiques pour les patients du continent. Comme en témoignent les nombreuses études réalisées dans les pays du Sud, la recherche est un outil d’innovation thérapeutique et d’espoir dans le traitement de nombreuses endémies (paludisme, hépatites, méningite, tuberculose, VIH/sida, etc.). Il semble important de ne pas condamner cette activité, problématique au Nord comme au Sud depuis sa création, du fait de la pauvreté ou de l’origine de ses participants.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Chippaux, J.-P. (2004). Pratique des essais cliniques en Afrique. Paris: IRD Editions.

Fairhead, J., M. Leach et al. (2006). Public engagement with science ? : Local understanding of vaccine trial in Gambia. Journal of Biosocial Science, 38(1) : 103-116.

Ouvrier, A. (2014). Faire de la recherche médicale en Afrique – ethnographie d’un village-laboratoire sénégalais. Karthala, IRD Editions.

Notes

1 Comme en témoigne le procès qu’a intenté l’État de Kano, au Nigeria, contre l’industriel du médicament américain Pfizer ou encore la suspension des essais cliniques en pré-exposition du VIH au Cameroun et au Cambodge, qui furent des événements largement documentés dans la presse.

2 John le Carré et le réalisateur Fernando Meirelles retracent dans leurs œuvres respectives l’enquête que mène un diplomate anglais à la suite de l’assassinat de sa femme alors que celle-ci s’apprêtait à dénoncer les malversations d’un essai clinique réalisé au Kenya.

3 La phase pré-clinique consiste à tester la molécule préalablement identifiée en laboratoire sur des animaux. La première phase mesure l’innocuité du produit chez l’homme en bonne santé (dose maximale tolérée). La deuxième phase évalue la tolérance chez l’homme malade (posologie utile). Et enfin, la troisième phase mesure l’efficacité du produit chez l’homme malade (mode d’emploi, utilisation chez la femme enceinte, l’enfant, contre-indications) (Chippaux, 2004).

4 Les essais de stratégie thérapeutique consistent à tester une molécule ou une combinaison de molécules qui ont déjà obtenu une autorisation de mise sur le marché dans un pays autre que celui concerné par l’étude ou pour une autre pathologie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search