Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La recherche en santé

41. L’excision est un rite initiatique pratiqué en Afrique, chez les musulmans et dans les villages

Fabienne Richard et Khadidiatou Diallo

Texte intégral

1L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit les mutilations sexuelles féminines comme « toutes les interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pratiquée à des fins non thérapeutiques ». On parle d’excision quand le clitoris et les petites lèvres ont été coupés, et d’infibulation quand les grandes lèvres ont été cousues ensemble en ne laissant qu’un tout petit orifice pour l’écoulement des urines et du sang menstruel. Il a fallu attendre 1997 et des mouvements de femmes en Afrique et en Europe pour que ces pratiques soient reconnues comme une mutilation par l’OMS. Malgré une médiatisation de la question après la publication de livres biographiques, tels que Fleur du désert de la célèbre mannequin somalienne Waris Dirie (livre ensuite adapté au cinéma) et des activités de sensibilisation – le 6 février de chaque année reconnu comme journée internationale contre l’excision –, beaucoup d’idées reçues circulent autour de la pratique de l’excision. Ainsi, beaucoup de personnes pensent que l’excision n’est pratiquée que par des musulmans, en Afrique noire, et que cela touche les populations rurales et illettrées. La réalité de la pratique est peu connue et on entend qu’il s’agit d’une pratique traditionnelle d’un autre âge en voie de disparition (des missionnaires ont en effet fait des rapports de type ethnographique décrivant avec détail des cérémonies d’excision) et que là où elle se pratique, elle contribue à l’initiation de la jeune fille (passage de l’enfance vers le statut de femme).

Un rite initiatique

2Beaucoup justifient le maintien de l’excision comme rite initiatique, celui du passage de l’enfance à l’âge adulte, du moment où une jeune fille deviendrait femme. Pourtant, ce qu’on observe est plutôt un abaissement de l’âge de l’excision. Au Mali, 77 % des filles sont excisées avant leur cinquième anniversaire. Au Yémen, la majorité des enfants sont excisés dans leurs premières semaines de vie. Devient-on femme à trois mois de vie ? À trois ans ? Plus qu’un rite initiatique, l’excision est un rite identitaire. On le fait pour appartenir au groupe, pour ne pas être différent du reste du groupe. On excise pour se conformer à une norme sociale. Pour la communauté internationale, l’excision est reconnue comme une violation de l’intégrité physique et mentale des filles et des femmes. C’est une violation des droits humains.

Une pratique en voie de disparition

3Il est arrivé plusieurs fois que des intervenants, et parmi eux des gens travaillant dans la coopération au développement, nous lancent à propos de la pratique de l’excision : « Ah, mais c’est du passé, cela ne se fait plus… » Si, dans certains pays, on peut noter une baisse de la prévalence de l’excision dans les tranches d’âge des 15-19 ans, comme la Côte d’Ivoire ou le Kenya, dans d’autres pays, on ne voit quasiment aucune avancée. C’est le cas de la Somalie, de la Guinée, de la Gambie. Selon le dernier rapport de l’UNICEF de 2013, on estime à plus de 125 millions le nombre de femmes déjà excisées dans le monde, et à 30 millions de nouveaux cas dans les dix prochaines années. Il faudra encore plusieurs générations avant que la pratique soit complètement abolie.

Elle n’existe qu’en Afrique

4C’est une des idées reçues les plus fréquentes, car on ne présente souvent que la carte de l’Afrique lorsqu’on parle de l’excision. Même l’UNICEF fait cette erreur dans son dernier rapport qui dresse un état des lieux de la pratique (paru en 2013). On devrait présenter une carte du monde pour s’apercevoir que d’autres pays et d’autres communautés sont concernées. Par exemple, on excise en Indonésie, en Inde, en Malaisie. On excise aussi en Irak (Kurdistan, nord de l’Irak, où la prévalence est de 44 %). On excise également en Europe, comme en témoignent les nombreux procès qui ont eu lieu en France dès les années 1990.

5Quand on évoque l’Afrique, les gens pensent directement à l’Afrique noire, l’Afrique subsaharienne. C’est toujours une surprise quand on rappelle que l’Égypte est l’un des pays les plus touchés du continent avec une prévalence de plus de 90 %. Les conséquences peuvent être dramatiques. Ainsi, en 2007 et en 2013, les médias ont relayé la mort de jeunes filles en Égypte à la suite d’excisions médicalisées. Dans ce pays, plus des trois quarts des excisions sont pratiquées par des professionnels de santé malgré la condamnation ferme de l’OMS de la médicalisation de mutilations sexuelles.

Seuls les musulmans la pratiquent

6Beaucoup de personnes pensent que l’excision n’est pratiquée que par des musulmans. Or, selon les historiens, la pratique aurait démarré en Haute-Égypte du temps des pharaons, donc bien avant les religions monothéistes et l’écriture de la Bible et du Coran. En Sierra Leone, 80 % des femmes chrétiennes étaient excisées en 2008. Inversement, on observe que plusieurs pays musulmans du continent africain ne pratiquent pas l’excision, comme l’Algérie ou la Tunisie. Il s’agit au départ d’une pratique qui est plus déterminée par le groupe social que par la religion. Il faut cependant reconnaître que certains chefs religieux musulmans font leur propre relecture du Coran et prônent l’excision au nom de la religion. Mais d’autres la dénoncent, comme Muhammad Sayyid Tantawi, qui, à la tête de la mosquée égyptienne Al-Azhar, a déclaré en 2006 qu’il ne retrouvait aucun passage dans le Coran qui indiquait que les filles devaient être excisées. On ne retrouve pas ce genre de prêche pour l’excision chez les prêtres catholiques, ce qui pourrait expliquer la diminution plus rapide de la pratique ces dernières années parmi les communautés chrétiennes, comme c’est le cas par exemple au Mali. En 2006, dans ce pays, 40 % des femmes de religion chrétienne déclaraient ne pas vouloir exciser leur fille contre 9 % chez les femmes de religion musulmane.

7Contrairement à l’Afrique, où on retrouve l’excision dans les différentes religions, en Asie, elle est pratiquée principalement par des communautés musulmanes. C’est le cas de l’Indonésie, de la Malaisie.

On ne la voit que dans les villages

8Une idée reçue classique suppose que l’excision serait pratiquée en milieu rural. Elle n’existerait pas en milieu urbain, où les gens auraient un niveau socioéconomique et un niveau d’étude plus élevés. Là encore, comme pour la religion, il n’y a pas de frontières. Les familles pratiquent l’excision en ville, la seule différence sera peut-être qu’en ville, la mère emmènera son enfant dans un cabinet médical. Ainsi, en Guinée en 2012, la prévalence de l’excision est la même en milieu urbain et rural (97 %).

9Même si l’éducation des filles est en soi une étape vers l’émancipation des femmes, elle ne résout pas tout, si l’approche genre n’est pas enseignée en classe. On verra donc des femmes universitaires faire exciser leur enfant pour respecter la tradition. L’excision est une violence de genre qui est tellement intégrée dans certaines sociétés qu’elle est devenue une norme sociale. On dit même d’une femme excisée qu’elle est complète. C’est cette prise de conscience par les femmes de leurs droits sexuels et reproductifs qui fera changer les choses et un dialogue au sein du couple. La dernière étude de l’UNICEF montre une discordance importante entre les opinions de l’homme et de la femme au sein des ménages par rapport à la poursuite de la pratique. Chacun croit que l’autre est en faveur de l’excision et explique son accord. Ainsi, les femmes disent vouloir exciser leur fille parce que les hommes le demandent, alors que ces mêmes hommes sont plus nombreux à s’opposer à la pratique et disent que c’est une histoire de femmes. Il faut donc en parler, rendre les débats sur l’excision publics via les médias (radio, télé, internet) pour qu’un vrai dialogue s’instaure au sein des familles.

10Nous avons donc vu que la pratique de l’excision est encore bien ancrée dans beaucoup de pays, qu’elle touche parfois plus de 90 % de la population féminine, qu’elle n’a pas de religion, de classe sociale et qu’elle s’étend bien au-delà de l’Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient et en Asie. Aujourd’hui, l’excision prend de nouvelles formes, on coupe les filles de plus en plus tôt sans avertissement, ni apprentissage ou initiation autour de l’acte. On coupe pour marquer les filles dans leur corps et réduire leur plaisir sexuel. Du point de vue des droits humains, cette pratique est le reflet d’une inégalité entre les sexes profondément enracinée, et constitue une forme extrême de discrimination à l’encontre des femmes.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Bellas-Cabane, C. (2008). La coupure. L’excision ou les identités douloureuses. Éditions La Dispute.

Études démographiques et de santé avec leur module « excision » : www.dhsprogram.com

UNICEF (2013). Mutilations génitales féminines/excision : aperçu statistique et étude de la dynamique des changements. www.unicef.org/wcaro/french/4494_7461.html

Auteurs

Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles féminines (Belgique)

Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles féminines (Belgique)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search