Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La recherche en santé

40. Les femmes sont responsables de leur assassinat par leur partenaire

Marie France Labrecque

Texte intégral

1En 2013, l’OMS publiait un rapport montrant que 30 % des femmes à l’échelle mondiale subiraient de la violence de la part de leur partenaire intime. Les conséquences sur la santé des femmes sont nombreuses et le rapport montre qu’à l’échelle mondiale, 38 % des femmes assassinées l’ont été par leur partenaire intime. C’est l’Afrique qui arrive en tête des régions du monde avec 45 %, alors que les Amériques et les pays à revenu élevé arrivent respectivement aux quatrième et cinquième rangs avec 36 % et 33 %. Le rapport évoque que, très souvent, c’est la femme elle-même qui est blâmée pour ce qu’elle subit, même lorsque la violence entraîne sa mort.

  • 1 En ligne : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/06/13/001-prostitution-cour-supreme-a (...)

2Cette propension à penser que la victime – en l’occurrence la femme – est coupable de ce qui lui arrive est extrêmement répandue et seule la rectitude politique empêche certaines catégories de personnes de l’affirmer. Pour lui faire écho, on retrouve l’idée selon laquelle les causes de la violence sont à rechercher dans la psychologie masculine, soit que les hommes ne peuvent contrôler leurs pulsions ou qu’ils font des crises de folie. Cette idée est transversale à toutes les classes sociales. En 2013, alors que la Cour suprême du Canada entamait l’examen de certaines lois limitant l’exercice de la prostitution, un brillant et respecté avocat affirmait à la télévision que la prostitution correspondait à « des besoins ici au Canada1 ». Certes, il n’a pas parlé de pulsions, mais on peut se demander quels seraient donc ces « besoins », au juste ?

  • 2 L’interview portait sur la publication de mon livre Féminicides et impunité. Le cas de Ciudad Juár (...)

3Peu de temps auparavant, lors d’une interview à la radio sur le cas des féminicides à Ciudad Juárez2 pendant laquelle j’expliquais que les quelque 1 500 femmes assassinées entre 1993 et 2013 dans cette ville frontalière du Mexique, après avoir été violées, mutilées et même torturées, l’avaient été principalement en raison du système d’impunité généralisée régnant dans cette ville, l’animateur persistait à m’interroger sur les raisons psychologiques poussant les hommes à perpétrer ces crimes. Que l’on pense encore en 2013 que la prostitution correspond à un besoin ou que des assassinats massifs de femmes sont causés par la maladie mentale est révoltant. Mais, réflexion faite, cela n’est pas surprenant. Ce sont là des idées reçues qui ont la vie longue, très longue. Dans les deux cas, elles sont liées à la configuration même de la société patriarcale, et plus particulièrement à l’idéologie patriarcale, qui fait des hommes des protagonistes et des femmes des réceptacles passifs.

4L’idéologie patriarcale situe la valeur des femmes dans la reproduction et la maternité, en plus de s’appuyer sur des systèmes binaires d’opposition (l’obligation à l’hétérosexualité est l’un de ces systèmes) qui, à leur tour, renvoient à la distinction entre le privé et le public. Alors que les femmes courent davantage de risques d’essuyer de la violence au sein même de leur foyer que n’importe où ailleurs, c’est en vertu de cette idéologie binaire qu’elles sont blâmées pour celle qu’elles subissent lorsqu’elles en sortent. Elles n’avaient qu’à rester chez elles, dans la sphère privée ! Ainsi, lorsque la femme passe de la sphère privée pour investir celle du public, elle devient, toutes proportions gardées, une femme publique, trop facilement associée à la figure de la prostituée. Un peu à la façon de cette dernière, elle transgresse les frontières de la société, mais alors que la prostituée répond à un « besoin », celle-ci agresse les hommes, ou du moins, elle joue avec le feu. Et, une fois le processus enclenché, le fardeau de la preuve reposera sur elle. On se rappellera sans doute le film The Accused (1988) dans lequel l’actrice Jodie Foster personnifie une jeune femme violée par trois hommes dans un bar. L’affaire est portée devant la justice mais, au départ, les chances de la jeune personne d’obtenir la condamnation des violeurs sont considérées comme nulles parce que ces derniers estimaient qu’ils avaient été « provoqués » par la façon dont elle était habillée et par son comportement. L’avocate avait gagné cette cause, car elle avait pu prouver que la jeune femme avait dit « non » au moment des viols.

5Dans la vie réelle, il y a peu de chances d’obtenir justice dans un cas comme celui-là, malgré toutes les avancées dans le domaine des droits humains des femmes, et plusieurs d’entre elles, si bien évidemment elles survivent, préfèrent continuer à se taire après avoir subi de la violence et même le viol. Se confiner dans la sphère privée n’est pourtant pas une solution pour les femmes. En effet, alors que la maison (espace privé) est considérée, dans la mouvance de l’idéologie patriarcale, comme la place idéale des femmes, elle est dans les faits un des lieux les plus dangereux pour elles, comme le montrent les taux élevés de violence intime sur tous les continents.

6Tenir les victimes pour responsables de leur sort, s’agissant de la violence à l’encontre des femmes, ou encore justifier la prostitution par le besoin qu’elle contribuerait à combler, équivaut à tomber dans le piège même de l’idéologie patriarcale. Pour réfuter ces idées et les combattre, les enquêtes et les statistiques comme celles effectuées et fournies par l’OMS sont certes utiles, mais il importe également de sortir du cadre de cette idéologie et d’élargir la perspective aux causes structurelles. La violence des partenaires intimes à l’encontre des femmes ne peut être vue comme un simple geste individuel qui serait dicté, surtout ou seulement, par un dérèglement psychologique. Il s’agit du dernier maillon d’une chaîne de violences que l’on peut suivre de proche en proche, jusqu’au niveau international, et qui touche à la fois les femmes et les hommes. Le fait que ces derniers soient ceux qui majoritairement tuent les femmes relève de processus à long terme de construction de la masculinité, laquelle à son tour doit être mise en relation avec des dynamiques économiques, politiques et idéologiques du système mondial dans lequel nous vivons. Le même type de raisonnement peut s’appliquer à la prostitution, qui est loin de relever seulement de la décision individuelle d’une femme en particulier. Plus que jamais, dans le contexte du capitalisme néolibéral, la prostitution à la petite journée est elle aussi le dernier maillon d’une chaîne qui implique des hommes de toutes catégories, y compris de grands patrons de corporations privées ou publiques qui, désormais, dans le contexte d’une marchandisation de tous les aspects de la vie, ont le loisir de choisir les femmes correspondant à leurs critères à partir de catalogues en ligne.

7Pour combattre les idées reçues qui servent d’ancrage à ces pratiques, il faudra bien davantage que des constats, des groupes de conscientisation ou des refuges, mais certainement, rien de moins, qu’un changement de société, ici ou ailleurs.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Sur le patriarcat : la revue Nouvelles questions féministes.

Sur les liens entre genre, patriarcat et système économique mondial : R. W. Connell (2002). Gender. Cambridge : Polity Press.

Sur les liens entre prostitution et marché : S. Hawthorne (2004). Wild Politics : Beyond Globalization. Women’s Studies International Forum 27 : 243-259.

Notes

1 En ligne : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/06/13/001-prostitution-cour-supreme-audience.shtml. Voir particulièrement le propos tenu à la minute 5 : 43.

2 L’interview portait sur la publication de mon livre Féminicides et impunité. Le cas de Ciudad Juárez. Montréal : Écosociétés, 2012.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search