Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La recherche en santé

39. La participation des femmes au microcrédit explique la violence conjugale en Asie du Sud

Katia Mohindra

Texte intégral

1Le microcrédit, une intervention pour lutter contre la pauvreté qui s’est répandue dans les pays à revenu faible et intermédiaire, vise à offrir aux pauvres l’accès au crédit pour améliorer leurs chances de mener des activités rémunératrices. En Asie du Sud, le mouvement du microcrédit s’est concentré plus spécifiquement sur les femmes, puisqu’il serait un moyen d’augmenter l’accès de ces dernières aux ressources, d’augmenter leur participation dans les décisions relatives au ménage et d’améliorer l’efficacité des programmes de microcrédit, puisque les femmes sont plus susceptibles d’adhérer aux règles des programmes et de rembourser les prêts en temps opportun.

2Un nombre important de critiques au sujet du microcrédit ont été émises dont, notamment, le fait que cette intervention n’atteint pas les plus pauvres, le risque que le recours à des prêts se fasse uniquement à des fins de consommation et la convoitise des maris suscitée par les prêts accordés à leurs femmes. Cependant, la critique la plus dommageable demeure celle ayant trait à la violence émise à l’égard des femmes participant à un programme de microcrédit. On a avancé que la participation à un programme de microcrédit peut provoquer de la violence chez les hommes puisque, d’une part, les relations de pouvoir au sein du ménage sont perturbées par une plus grande autonomie sociale et financière de la femme et, d’autre part, l’accès des femmes au microcrédit constituerait un moyen pour le mari de contrôler l’objectif et l’utilité du prêt accordé, notamment en imaginant convoiter chez une femme une dot plus importante. Cette idée s’est introduite dans la conscience de nombreux spécialistes du développement et chez les féministes.

3La violence contre les femmes est de plus en plus considérée comme un problème majeur de santé publique, un problème social aussi bien qu’une violation grave des droits de l’homme. Les médias et les politiciens portent davantage attention à cette violence, comme en témoigne la sollicitude importante et les vives réactions locales à la suite du viol et du meurtre brutal d’une jeune femme par un gang dans un bus de Delhi en 2012. Cet incident tragique a incité, à son tour, les tribunaux indiens à adopter une législation plus sévère contre le viol.

4Cependant, relativement peu d’attention est accordée aux formes moins spectaculaires, mais plus répandues de violence envers les femmes en Asie du Sud, dont notamment la violence conjugale. Alors que cette dernière est présente au sein de diverses sociétés, elle est particulièrement répandue en Asie du Sud (selon certaines estimations, elle toucherait 50 % des ménages), où les normes patriarcales sont particulièrement fortes et la violence envers les femmes étroitement liée au mariage. Elle survient souvent au début du mariage et se veut un signe de l’autorité de l’époux dans la relation maritale. Dans certaines régions du Bangladesh et de l’Inde, elle est utilisée pour extorquer plus d’argent de la dot ou pour mettre la main sur les biens de sa femme ou de la famille de son épouse.

5Il semble donc nécessaire d’aborder la thématique de la violence conjugale en Asie du Sud en vue d’améliorer la santé des femmes, leur statut et leurs droits. Pour l’appréhender adéquatement, nous avons besoin d’une compréhension accrue de ses déterminants. L’idée préconçue que le microcrédit engendre de la violence conjugale et, par conséquent, représente une menace pour la santé des femmes, vient porter atteinte à l’image du microcrédit et peut nuire aux interventions visant précisément à réduire la violence conjugale.

6La clarté semble faire défaut dans les discussions à ce sujet. Il est nécessaire d’aborder cette question précise en partant des données probantes disponibles.

7Peu de recherches systématiques ont étudié le lien entre la participation des femmes au microcrédit et la violence conjugale en Asie du Sud. Les quelques données existantes ne sont pas basées sur des méthodes reconnues comme rigoureuses pour démontrer un lien de cause à effet. Par conséquent, il n’existe aucune donnée probante qui démontre que le microcrédit engendre bien de la violence conjugale.

8Les données sur le lien entre la violence conjugale et la participation des femmes au microcrédit en Asie du Sud sont basées sur des études transversales et qualitatives. Les résultats de ces études ont été contradictoires. Certains auteurs ont constaté que les femmes qui participent au programme de microcrédit sont plus susceptibles d'être violentées, alors que l’inverse a été constaté par d’autres auteurs. Ces différences peuvent s’expliquer par les méthodes divergentes des études. Elles peuvent aussi s’expliquer par la relation complexe, non linéaire, entre l’autonomie de la femme et la violence de son mari. Le fait d’améliorer l’éducation, les compétences et le statut financier a été démontré comme un facteur de développement du statut et des capacités des femmes. Cela peut aussi conduire à une plus grande violence envers les femmes, car elles commencent à exprimer leur opinion à leurs maris, gagnent un revenu (qui peut être plus élevé que le leur), apparaissent plus souvent en public, ou font toute autre chose qui vient contester les normes et les rôles traditionnels. Il est également possible que les femmes qui participent au microcrédit aient un risque accru de faire face à la violence quand elles rejoignent le programme, puisque les maris doivent s’adapter aux nouveaux rôles et activités de leurs épouses. Mais ce risque tend à se transformer en un facteur protecteur de la violence conjugale, lorsqu’un certain seuil a été atteint, dans lequel les avantages de la participation de la femme l’emportent sur la dynamique du changement des genres, où le microcrédit devient une intervention socialement plus acceptable pour les femmes de la communauté.

9En somme, il est possible que la participation des femmes au micro-crédit accentues certains facteurs de la violence conjugale (et c’est peut-être seulement temporairement) pour certaines d’entre elles. Toutefois, dans ce cas, le coupable n’est pas le programme du microcrédit en soi, mais plutôt le bouleversement des relations entre les genres généré par l’autonomie de la femme. La solution n’est pas de restreindre les possibilités pour les femmes de bénéficier d’un crédit et de s’engager dans des activités rémunératrices, mais plutôt d’améliorer la conception du microcrédit et d’intégrer des activités complémentaires dans le cadre du programme (par exemple, un programme de formation participative sur la violence conjugale a été intégré en Afrique du Sud) ou de mettre en œuvre des politiques et des interventions spécifiques qui répondent à cette problématique.

10La participation des femmes au microcrédit ne fournit-elle pas tout simplement à certains hommes une raison pour s’en prendre à elles ? Cette forme de violence est largement tolérée dans de nombreuses régions d’Asie du Sud, notamment dans certaines circonstances pour lesquelles les maris ont, apparemment, le droit de battre leurs épouses. Si c’est effectivement le cas, la solution n’est pas en lien avec le microcrédit, mais plutôt dans la remise en cause de ce supposé droit des maris de recourir à la violence en toute occasion.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Bates, L. et al. (2004). Socioeconomic factors and processes associated with domestic violence in rural Bangladesh. International Family Planning Perspectives, 30 : 190-199.

Mohindra, K. S. (2009). Women’s Health and Poverty Alleviation in India. New Delhi: Academic Foundation.

Pronyk, P. et al. (2006). Effect of a structural intervention for the prevention of intimate-partner violence and HIV in rural South Africa: a cluster randomised trial. The Lancet, 368 : 1973-1983.

Auteur

Université d’Ottawa (Canada)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search