Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La recherche en santé

36. L’homosexualité n’existe pas en Afrique

Michel Bourrelly

Texte intégral

1Depuis quelques années, dans de nombreux pays africains jusqu’alors muets sur le sujet, des mouvements radicaux de lutte contre l’homosexualité ont vu le jour. Les raisons mises en avant par ces mouvements sont de plusieurs ordres : religieux, moral ou traditionnel. « L’homosexualité n’est pas africaine » est tout de même ce que l’on entend le plus, certains allant même jusqu’à dire que « c’est une maladie de Blancs ». En Afrique, au-delà des mouvements intégristes religieux bien campés sur des positions dogmatiques, les populations sont enclines à considérer que l’homosexualité n’est qu’une « déviance européenne ».

2Sur les continents asiatique, américain et européen, depuis des siècles, souvent à mots couverts, parfois de façon stigmatisante, l’homosexualité est décrite, pratiquée, décriée ou évoquée. Sur le continent africain, la tradition est orale, la majorité des références à la pratique d’une sexualité entre des personnes d’un même sexe met en avant son origine forcément étrangère. Toutefois, on peut trouver des traces d’observations concrètes, telles que les décrit Daniel Vangroenweghe. C’est ainsi que dès 1558, João Dos Santos parle d’hommes passifs, appelés Chibudi au bas Congo et au nord de l’Angola. Dès 1616, alors que le mariage pour tous n’était à l’ordre du jour nulle part sur le globe, Petrus Jarris parlait de deux prêtres qui, en Angola, ont vu des hommes vêtus comme des femmes qui se mariaient. Tout au long des siècles qui ont suivi, les mêmes observations, agrémentées de propos réprobateurs, ont été imprimées et publiées sur l’Afrique et les Africains. Le professeur Cheikh Ibrahima Niang, anthropologue sénégalais, plaide pour la dépénalisation des délits de prostitution et d’homosexualité. En effet, il affirme que l’homosexualité n’est pas un « fait occidental », « cette pratique a existé depuis l’Antiquité, depuis l’Égypte pharaonique. Ces sociétés ont pu gérer ce phénomène ». Certes, « toutes les religions l’interdisent, mais la foi est un domaine privé », tranche-t-il.

3La maladie importée des « Blancs » et héritée de la colonisation est l’homophobie. La plupart des articles de loi pénalisant l’homosexualité sont directement tirés des codes français et anglais de l’époque coloniale.

4Pour sa part, le sida a été sans aucun doute l’activateur de cette homophobie, car l’infection à VIH à ses débuts a été fortement marquée par les contaminations en milieux homosexuels. La reconnaissance d’une épidémie importante en Afrique n’était pas pensable pour les dirigeants africains. De plus, un certain nombre d’acteurs de la société civile ne pouvaient imaginer la possibilité d’associer le terme Africain avec celui d’homosexuel. Dès lors, bien que conscients de l’existence de pratiques homosexuelles, tout aussi nombreuses qu’ailleurs dans le monde, mais certes différentes par de nombreux aspects, de savants subterfuges furent employés pour nier leur existence en Afrique. Certains sont allés jusqu’à faire disparaître le terme d’homosexuel et le substituer par des acronymes obscurs. Pour autant, cela ne fit pas disparaître les homosexuels, ni les contaminations par le VIH découlant des actions de prévention influencées par des normes hétérosexuelles qui, on le sait, diminuent lorsque des messages adaptés et délivrés par les pairs sont diffusés. Les États décidèrent de renforcer l’application des législations jusqu’alors somnolentes et de livrer à la vindicte populaire les homosexuels en les rendant responsables de tous les maux.

5L’homosexualité n’est pas une maladie, et elle n’est pas cantonnée hors du continent africain. Les nouvelles techniques de communication ont permis à tous ceux qui se sentaient différents par leurs attirances pour des personnes du même sexe de savoir qu’ils (et elles) n’étaient pas seuls, et qu’ils n’étaient pas des déviants et encore moins des anormaux.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Bourrelly, M. (2009). Urgence pour les hommes ayant des rapports homosexuels http://vih.org/20091001/afrique-urgence-pour-hommes-ayant rapports-homosexuels-7303

Niang, C. I. (2013). Anthropologie de la sexualité : philosophie, culture et construction sociale du sexe au Sénégal. Thèse d’État.

Vangroenweghe, D. (2000). Sida et sexualité en Afrique. Editions Aden.

Auteur

Sida : Fonds pour la mémoire (France)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search