Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La recherche en santé

33. L’obésité concerne surtout les États-Unis d’Amérique

Laurence Guillaumie, Aissatou Coulibaly, Georges Batona, Sophie Dupéré et Jacky Njdepel

Texte intégral

1On parle d’obésité lorsque l’indice de masse corporelle est supérieur ou égal à 30 kg/m2, et de surpoids à partir d’un indice supérieur ou égal à 25 kg/m2. Le surpoids et l’obésité ont des effets néfastes sur la pression artérielle, le cholestérol, l’insulino-résistance ou encore les articulations. Ils représentent donc des facteurs de risque pour les maladies du cœur, le diabète, les troubles musculo-squelettiques et certains cancers. Sur une population mondiale de sept milliards d’habitants, 2,8 millions meurent chaque année en raison d’obésité ou de surpoids, ce qui représente la cinquième cause de décès dans le monde.

2Les États-Unis d’Amérique sont célèbres, non seulement pour leurs vedettes de cinéma, mais aussi pour leur taux d’obésité. En 2010, 36 % des Américains de plus de 20 ans étaient obèses et 70 % étaient en surpoids, en incluant l’obésité. Toutefois, ils ne sont pas les seuls. Beaucoup d’autres pays industrialisés sont eux aussi concernés. À titre d’exemple, le taux d’obésité est de 26 % en Angleterre, de 25 % en Australie, de 24 % au Canada et de 18 % en Irlande. Ce taux a progressé rapidement ces trente dernières années en raison de l’urbanisation, de la modification des habitudes alimentaires et de l’augmentation de la sédentarité des populations. Ces changements dans les modes de vie sont dus à des transformations majeures dans des secteurs tels que l’urbanisme et les milieux de vie, l’organisation du travail, les transports, l’agriculture, l’industrie agroalimentaire, la distribution, le marketing, etc. Dans ce contexte, les environnements dits obésogènes, c’est-à-dire qui conduisent à l’obésité, sont devenus la norme dans les pays industrialisés. Il serait toutefois inexact de conclure que ce constat s’applique également à tous les pays. En effet, certains pays industrialisés ont des taux de prévalence de l’obésité plus faibles, comme le Japon avec 4 % ou la Suisse avec 8 %.

3L’obésité n’est pas limitée aux États-Unis d’Amérique ou aux sociétés industrialisées ; elle se retrouve aussi dans les pays à faible revenu qui présentent de plus en plus les caractéristiques des environnements obésogènes. On trouve de forts taux de prévalence de l’obésité dans toutes les régions du monde. En Amérique latine, le Mexique et le Venezuela rapportent un taux de 30 % et le Chili, un taux de 22 %. Au Moyen-Orient, la prévalence de l’obésité rivalise avec celle des États-Unis. En Arabie Saoudite, le taux est de 28 % pour les hommes et de 44 % pour les femmes. Des résultats similaires ou un peu plus faibles sont obtenus au Koweït, au Qatar et en Jordanie. En Afrique, des taux élevés peuvent être constatés en Afrique du Sud, avec 20 %, ou en Égypte, avec 15 %. Cela contraste avec certains pays de l’Asie comme l’Inde, l’Indonésie ou la Chine, qui rapportent des taux de 2 % à 3 %. Finalement, c’est dans le Pacifique et l’océan Indien que les prévalences d’obésité sont les plus élevées. Par exemple, des taux d’obésité supérieurs à 75 % sont rapportés à Nauru, à Samoa, aux Samoa américaines, aux îles Cook, au Tonga et en Polynésie française. Certains pays à faible revenu, en plus de connaître la sous-alimentation, peuvent donc être aussi touchés par l’obésité, en particulier dans les milieux urbains.

4Certaines catégories de personnes ont été identifiées comme particulièrement vulnérables. Tout d’abord, dans tous les pays concernés par l’obésité, les enfants sont exposés à une alimentation riche en gras, en sucre, en sel, et pauvre en micronutriments. Cette alimentation, combinée à un faible niveau d’activité physique, se traduit par une forte augmentation de l’obésité infantile. Cette situation est préoccupante, car les enfants obèses sont susceptibles de le rester à l’âge adulte et de développer de façon plus précoce des maladies telles que le diabète et les maladies cardio-vasculaires. Sur 43 millions d’enfants de moins de cinq ans en surpoids et obèses dans le monde, 80 % vivent dans les pays à faible revenu. Aussi, on constate que les femmes sont particulièrement concernées par l’obésité. Le taux y est environ deux fois plus élevé que chez les hommes dans les pays à faible revenu, contrairement aux pays à revenus élevés, où le taux est similaire pour les deux sexes. En revanche, dans la plupart des pays à revenus élevés, les femmes peu scolarisées sont deux à trois fois plus susceptibles d’être obèses que les femmes plus instruites, alors qu’il n’existe peu ou pas de disparités pour les hommes. Si l’obésité a été un problème des pays à revenus élevés, il est aussi un problème mondial, touchant particulièrement les populations les plus pauvres.

5Face à ces constats, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a tiré la sonnette d’alarme en décrétant une épidémie mondiale d’obésité, car cette dernière touche pratiquement tous les groupes d’âge, toutes les couches socioéconomiques et presque tous les pays. Puisque l’obésité est le plus souvent évitable, l’OMS invite les individus à limiter leur consommation de gras et de sucre, à augmenter leur consommation de fruits, de légumes, de légumineuses, de grains entiers et de noix. Il faut aussi s’engager dans une activité physique régulière, soit 60 minutes par jour pour les enfants et 150 minutes par semaine pour les adultes. L’OMS invite aussi les partenaires publics et privés à donner les moyens aux individus d’adopter un mode de vie sain, notamment en facilitant l’accès à l’activité physique régulière, à une alimentation saine, abordable et facilement accessible, et cela en particulier pour les personnes les plus pauvres.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Finucane, M. M. et al. (2011). Global Burden of Metabolic Risk Factors of Chronic Diseases Collaborating Group. National, regional, and global trends in body-mass index since 1980: systematic analysis of health examination surveys and epidemiological studies with 960 country-years and 9.1 million participants. Lancet, 377 (9765) : 557-567.

OECD. (2010). Obesity and the Economics of Prevention: Fit Not Fat. OECD Publishing.

Ogden, C. L., Carroll, M. D., Kit, B., et Flegal, K. M. (2012). Prevalence of obesity in the United States, 2009-2010. NCHS data brief (vol. 82). Hyattsville, MD : National Center for Health Statistics.

Auteurs

Université Laval (Canada)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search