Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

Les populations vulnérables et l'équité

28. Les femmes meurent plus tard que les hommes et sont plus malades

Pierre Aïach

Texte intégral

1Les femmes forment un groupe social dominé, quel que soit le pays envisagé. Et pourtant, contrairement à ce qui est observé pour les autres groupes sociaux (classes, catégories sociales), elles vivent plus longtemps que les hommes tout en étant plus malades qu’eux. La mortalité supérieure des hommes est généralement connue du grand public. De plus, les recherches montrent que les femmes sont plus malades et de ce fait, comparativement aux hommes, elles utilisent plus le système de santé. On est en fait face à deux réalités qui sont admises sans que leur caractère contradictoire ne soit souligné ou même perçu.

2Ces deux réalités, mortalité des hommes plus forte que celle des femmes et morbidité (nombre et nature des maladies) plus élevée chez les femmes, sont en effet en contradiction dans la mesure où si on meurt dans un groupe (ici les hommes) en moyenne plus tôt, c’est qu’on est plus malade et plus gravement que dans un autre groupe (les femmes).

3Or, c’est précisément ce qui n’apparaît pas dans les données internationales. Les femmes ont une espérance de vie à la naissance (nombre moyen d’années de vie) supérieure à celle des hommes. Selon l’Organisation des Nations Unies, cet écart serait par exemple de 4,1 ans au Royaume-Uni, de 11,7 ans en Russie, de 3,5 ans en Inde et en Indonésie, de 1 an en Afrique du Sud, de 3,6 ans au Soudan, de 4 ans en Égypte, etc. De plus, les femmes déclarent davantage de maladies et consultent plus souvent. En France, par exemple, en 2009, 39 % des femmes contre 35 % des hommes ont déclaré au moins une maladie chronique. Par exemple, en France en 2009, pour les personnes âgées de 45 à 54 ans, 33 % des femmes contre 28 % des hommes consultent les services de santé.

4Nous sommes donc placés devant un double paradoxe : les femmes, groupe social généralement dominé, connaissent une mortalité inférieure à celle des hommes et déclarent cependant davantage de maladies. En outre, elles se disent en plus mauvais état de santé et fréquentent plus les services de santé que les hommes.

5Pour le premier paradoxe, cette mortalité plus faible, en particulier dans les pays économiquement riches, paraît en contradiction avec le statut des femmes en tant que groupe social dominé, tant économiquement que symboliquement. En effet, la réalité sociale d’hier et d’aujourd’hui montre un rapport logique entre la position dans l’échelle sociale et l’espérance de vie. Plus vous êtes en haut de l’échelle sociale et plus longue sera votre espérance de vie, même si cela n’a pas toujours été le cas. Jusqu’à une date encore récente, les femmes ne mouraient pas plus tardivement que les hommes, en tout cas pour un certain nombre de groupes d’âge. Les raisons évoquées concernent les causes de mortalité principales qui décimaient hommes et femmes, riches et pauvres, de façon égale (maladies infectieuses et épidémies). À l’époque, nous faisions en effet face à l’impuissance des moyens thérapeutiques et de la science médicale, ce qui venait s’ajouter aux risques de mortalité maternelle très importants. Dans une certaine mesure, ce schéma épidémiologique reste encore à l’œuvre dans certaines régions du monde.

6Mais avec l’amélioration des conditions de vie, de l’hygiène publique, avec l’apparition de moyens thérapeutiques et de prévention efficaces, un nouveau modèle épidémiologique s’est mis en place. Ainsi, nous avons vu apparaître de nouvelles causes, bien plus en rapport avec le comportement individuel, le niveau de vie et le mode de vie : maladies dégénératives chroniques comme les maladies cardiovasculaires et le cancer, qui représentent aujourd’hui les principales causes de mortalité, en particulier le cancer, qui est devenu la première cause de mortalité chez les hommes en France. Pour comprendre le premier paradoxe, il faut donc non seulement considérer le nouveau tableau épidémiologique des causes de décès, mais également les facteurs qui jouent pour chacune d’entre elles.

7Le deuxième paradoxe se présente ainsi : la morbidité des individus est étroitement liée à sa mortalité, car on meurt surtout de maladies, mais dans le cas des femmes, c’est l’inverse que l’on observe. La logique et l’opinion courante voudraient pourtant que les individus les plus malades soient ceux qui meurent tôt. Pourtant, les femmes ont une morbidité déclarée et diagnostiquée plus forte que celle des hommes. Ce paradoxe pourrait s’expliquer par le fait que la morbidité dont il est question est celle recueillie auprès de personnes interrogées ou examinées, sans qu’une analyse biologique soit faite pour évaluer le risque de mortalité que comporte chaque maladie.

8Dans les deux faces de ce double paradoxe, on a affaire à une réalité qui est dans une certaine mesure contraire au sens commun et, surtout, contraire à un raisonnement logique, dans lequel la santé ne se présente pas comme l’expression de l’accessibilité aux services de soins ou comme celle d’un patrimoine génétique programmé. Les maladies, troubles et symptômes morbides n’expriment pas tous le même risque vital et certains même ne présentent aucun caractère de gravité. Cette distinction est capitale, car elle est au cœur du problème posé : mortalité faible et morbidité élevée, mortalité forte et morbidité faible. Finalement, tout se passe comme si les femmes avaient l’astuce d’avoir des maladies non fatales. En revanche, les hommes auraient des maladies plus graves.

9Donc, leur sur-morbidité déclarée ou diagnostiquée ne signifie pas que les femmes sont plus malades que les hommes. S’agissant de causes dont on meurt, les rapports entre les femmes et les hommes sont très proches de ceux que l’on trouve dans la mortalité. Plus on est dans le domaine psychologique, fonctionnel, voire psychosomatique, et plus l’écart entre les femmes et les hommes est élevé. Plus on s’éloigne des troubles présentant un risque de mortalité, plus le rapport entre les femmes et les hommes augmente. Il faut trouver ailleurs que dans l’état de santé réel des hommes et des femmes l’explication de ce phénomène. Elle réside dans la construction du rapport au corps différenciée des hommes et des femmes, ainsi que dans le partage des rôles sociaux. Ce qui différencie les hommes des femmes concerne essentiellement la violence symbolique qui s’exerce dans le rapport de domination des hommes sur les femmes. Ce n’est pas parce qu’elles subissent davantage de violences physiques et qu’elles sont soumises à des pressions psychologiques, difficiles et souvent douloureuses, que les femmes sont plus malades. Ce phénomène, que l’on retrouve dans la plupart des pays où de telles données sont recueillies, n’est ni négatif ni positif, ni stigmatisant ni valorisant.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Aïach, P. (2001). Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales. In Femmes et hommes dans le champ de la santé, approches sociologiques, Aïach, P., Cèbe, D., Cresson, G., Philippe, C. (dir.), ENSP.

Aïach, P., Philippe, A., Leclerc, A., Vennin, M. et Cèbe, D. (1979). Les femmes sont-elles plus malades que les hommes ? Revue française de la Santé Publique, 4.

Hunt, K. et Sweeting, H. (1996). Gender differences in health: are things really as simple as they seem? Social Sciences and Medicine, vol. 42, n° 4.

Auteur

Institut national de la santé et de la recherche médicale (IRSEM), Université Paris 13, (France)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access