Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

Les populations vulnérables et l'équité

24. Les prestataires confessionnels servent les pauvres

Fahdi Dkhimi et Bart Criel

Texte intégral

1Les hôpitaux d’inspiration religieuse ont-ils encore le monopole du cœur ? Les prestataires dits confessionnels ont une place particulière dans les systèmes de santé d’Afrique subsaharienne. Ils bénéficient d’une image de marque forte, ils sont les plus appréciés par les usagers des services de santé. Au-delà de la qualité perçue des soins délivrés, une des raisons pour lesquelles ils jouissent d’une bonne réputation est leur caractère charitable. En effet, en Afrique subsaharienne, et plus particulièrement en milieu rural, l’image de l’hôpital confessionnel desservant les pauvres fait encore partie des images symboliques dominantes. Mais existe-t-il des preuves pour justifier cette réputation ?

2En 2002, le président de la Banque mondiale de l’époque, James Wolfensohn, déclarait : « La moitié du travail dans l’éducation et dans la santé en Afrique est réalisée par les églises… Mais elles ne se parlent pas entre elles, et ne nous parlent pas non plus. » À l’époque, il était difficile de justifier cette impression générale par des données chiffrées. Aujourd’hui encore, malgré plusieurs recherches récentes, le poids des structures confessionnelles dans l’offre de soins reste mal connu. Le plaidoyer pour une plus grande considération de ces prestataires dans les stratégies nationales se base souvent sur des données fragmentées, voire contradictoires.

3Néanmoins, au cours de la dernière décennie, cette image de prestataires des pauvres conférée aux structures de santé confessionnelles a constamment été mise à mal par les transformations systémiques qu’ont connues ces structures de soins. L’œil averti des utilisateurs et des analystes des systèmes de santé n’aura pas manqué de constater l’inflation rapide du prix des soins chargés aux patients. Certes, les hôpitaux confessionnels continuent de jouir d’une image positive au sein des populations, mais les prix affichés posent la question de leur accessibilité financière, surtout quand on les compare aux prix appliqués par les prestataires du secteur public. Une étude récente menée dans 14 pays a constaté que non seulement les prestataires confessionnels ont tendance à être moins fréquentés par les populations pauvres que par les autres mais, en plus, que les structures confessionnelles ne servaient pas les pauvres en plus grand nombre que les structures publiques. Un tel constat contredit ainsi l’imaginaire collectif.

4Qu’est-ce qui explique ce changement ? La première raison est liée au redéploiement des structures publiques de soins sur les territoires nationaux. Après une période de sous-financement aiguë, les années 2000 ont été marquées par une augmentation assez importante des budgets alloués aux services de santé, grâce notamment à une croissance forte de l’aide internationale. Une partie importante de cet argent a été consacrée à la construction ou à la rénovation d’infrastructures publiques, souvent en milieu rural. Les hôpitaux confessionnels, qui avaient été installés par les missionnaires dans des zones reculées et moins privilégiés pour des raisons autant humanitaires que religieuses, y étaient jusque-là en situation de quasi-monopole. Ils se sont retrouvés en situation de concurrence avec des infrastructures publiques plus récentes, et souvent mieux fournies en personnel. Paradoxalement, même si cette situation a pesé sur la fréquentation des hôpitaux confessionnels, ces derniers n’ont pas été les plus affectés. Ce sont surtout les structures de soins de santé primaires, gérées par les institutions religieuses, qui ont connu le plus de difficultés. Nombre d’entre elles ont d’ailleurs été cédées au gouvernement ou tout simplement fermées au cours de la décennie, afin de concentrer les ressources plus restreintes sur les hôpitaux. Il y a donc eu une nette baisse de fréquentation du secteur de santé confessionnel, relativement au secteur public.

5Mais la baisse de fréquentation des structures confessionnelles n’est pas uniquement liée à cette concurrence accrue, que les États ont tenté d’endiguer en établissant des partenariats public-privé avec les structures confessionnelles. Une autre raison majeure est liée aux orientations stratégiques que les établissements confessionnels ont prises face aux problèmes récurrents de financement auxquels ils ont fait face avec la diminution structurelle des dons en provenance de leurs partenaires conventionnels, c’est-à-dire les églises et congrégations des pays occidentaux.

6Face à ces nouvelles contraintes financières, nombre de structures confessionnelles ont, en effet, été contraintes de diversifier leurs sources de revenus pour générer les fonds nécessaires à leur fonctionnement. Au cours des années 2000, les établissements d’inspiration religieuse se sont donc engagés dans des stratégies de développement de partenariats avec des réseaux plus larges de donateurs. Ils ont fait appel aux bailleurs publics mais aussi, et surtout, aux États pour endiguer cette chute de fréquentation. Néanmoins, la plupart des nouveaux subsides sollicités présentaient des conditions et imposaient des cibles spécifiques. Y accéder exigeait donc d’apprendre à gérer différents programmes de santé publique, à soumettre des rapports d’activité, à produire des états financiers pour des institutions qui, depuis leur création, fonctionnaient quasi exclusivement sur la base d’un budget annuel stable et jouissaient d’une marge de manœuvre importante. Un véritable changement de culture de gestion que les établissements confessionnels devaient intégrer, mais qui ne s’acquiert pas en un jour. De plus, ces types de financements ciblés ne permettaient pas à ces hôpitaux de couvrir l’ensemble de leurs charges. Enfin, les représentants de l’État ont souvent mal apprécié la situation financière délicate et discrète des hôpitaux confessionnels. Ils pensaient que les institutions religieuses avaient les ressources nécessaires pour ne pas être prioritaires quand il s’agissait de débourser les ressources publiques. Cela entraînait des délais de paiement, voire leur absence, qui plaçaient les prestataires de soins dans des situations délicates en matière de trésorerie.

7Dans la plupart des cas, cette transition vers un nouveau mode de financement a été entamée tardivement. Face à l’urgence de la situation, beaucoup d’établissements de soins d’inspiration religieuse ne sont pas parvenus à diversifier leurs sources de financement pour couvrir l’ensemble de leurs besoins. La plupart ont donc connu une période de grandes difficultés financières. Leur seul levier pour faire face à leurs charges a été d’accroître la participation financière du patient. Cela a marqué le début d’un processus d’augmentation des tarifs des consultations dont les conséquences sont encore largement visibles aujourd’hui.

8Dans un premier temps, l’application de cette nouvelle politique tarifaire n’a été que partiellement efficace. La preuve en est la croissance exponentielle du montant des impayés dans les exercices comptables. Mais, à la différence de la période précédente, qui avait également son lot d’impayés, le recouvrement des paiements était devenu indispensable au fonctionnement des établissements. De plus, les églises, qui disposaient de la très grande majorité des établissements de soins d’inspiration religieuse, ont également exigé une plus grande autonomie financière de leurs hôpitaux, afin d’utiliser leurs ressources à d’autres fins et pour d’autres priorités du clergé africain.

9Ils ont alors adopté une variété de mesures pour assurer le recouvrement des créances – visites à domicile, convocations, etc. Bien souvent, cette tâche était assurée par les assistants sociaux recrutés par l’hôpital. Ils avaient la charge de mener des enquêtes sociales auprès des familles créditrices et qui pouvaient, le cas échéant, exempter les indigents, qu’ils identifiaient sur la base de critères pas toujours constants et rigoureux. Mais le poids administratif et financier de ces méthodes de recouvrement a amené ces structures à se protéger de plus en plus contre tout risque d’impayés. Ils ont adopté des stratégies, allant jusqu’à exiger des dépôts de garantie en nature ou en argent avant d’autoriser l’admission d’un patient au sein de leur établissement.

10Cette nouvelle politique tarifaire a rapidement eu un effet négatif sur la fréquentation des hôpitaux. Le nombre de patients a chuté, engendrant un différentiel croissant entre les recettes mobilisées par le paiement à l’acte et les besoins en financement. Les structures confessionnelles sont alors entrées dans un cercle vicieux. Face à l’érosion de leurs ressources propres et à leur incapacité de couvrir leurs frais fixes de fonctionnement, elles ont continué à augmenter leurs tarifs. Or, plus les prix chargés aux patients ont augmenté, plus ces structures se sont vidées. De plus, cette chute de fréquentation a entraîné une recomposition de la typologie des patients. Les catégories socioéconomiques défavorisées sont celles qui ont le plus déserté ces établissements de soins. Certes, il reste encore quelques modalités pour aider les plus indigents, mais la grande majorité de pauvres n’a tout simplement plus accès à ces hôpitaux.

11Aujourd’hui, il n’est pas rare de trouver des hôpitaux confessionnels dont les niveaux d’utilisation sont faibles, avec par exemple des taux d’occupation des lits de 50 % à 60 %. Cela pose de sérieuses questions sur l’efficience de ces structures. Certaines ont décidé d’investir dans l’aspect qualité au détriment de l’accessibilité en offrant des services adaptés à une population solvable du milieu rural (chambres individuelles, par exemple). D’autres délivrent des soins spécialisés, indisponibles dans les structures publiques avoisinantes, mais qui restent relativement chers. C’est du moins ce que l’on constate en Afrique de l’Est.

12Les hôpitaux confessionnels ont donc progressivement changé de profil au cours des dernières années, au détriment de leur image de structures des pauvres. C’est en tout cas l’impression générale partagée par nombre d’usagers d’Afrique subsaharienne. Au cours des dernières années, grâce à l’inclusion des structures confessionnelles dans les programmes verticaux (par exemple pour la vaccination, la santé de la reproduction, la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/sida), ces structures d’inspiration religieuse ont rouvert leurs portes à un public plus large. Mais la tendance à la privatisation croissante de l’offre de soins confessionnelle – choix par défaut – a pénétré les esprits. Les défenseurs les plus ardents sur les scènes nationales du paiement à l’acte se trouvent aujourd’hui dans les rangs des institutions religieuses.

13Peut-on en conclure que ces structures confessionnelles ne sont plus pour les pauvres ? Le problème, encore une fois, est lié au manque d’information. La plus grande partie de ce que nous savons reste basée sur des anecdotes, ou sur des collectes de données ad hoc, alors qu’il existe une diversité considérable sur le continent de la situation des hôpitaux confessionnels. Néanmoins, même s’il existe encore des exceptions, l’évolution décrite dans ce chapitre a été la règle dans la grande majorité des structures de soins confessionnelles. Nombre d’entre elles ont connu une privatisation croissante dans leur pratique. Celle-ci impose un modèle économique qui va à l’encontre du principe de charité, dont la conséquence la plus frappante est la désertion de ces structures par la grande majorité des pauvres. Ce processus peut encore être inversé, au prix d’une réflexion de fond sur les ambitions et le financement de ce type de structures.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Boulenger, D. et Criel, B. (2012). The difficult relationship between faith-based care organisations and the public sector in sub-saharan Africa : The case of contracting experiences in Cameroon, Tanzania, Chad and Uganda. Studies in ITGPress : 236.

Olivier, J., Tsimpo, C. et Wodon, Q. (2012). Do faith-inspired health care providers in Africa reach the poor more than other providers? Munich : 19.

Olivier, J. et Wodon, Q. (2012). Satisfaction with faith-inspired healthcare services in Africa : review and evidence from household surveys. Munich Pers RePEc Arch : 24.

Auteurs

Institut de médecine tropicale d’Anvers (Belgique)

Institut de médecine tropicale d’Anvers (Belgique)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search