Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La santé maternelle et infantile

20. En Afrique, les femmes peuls n’accouchent pas à l’hôpital pour des raisons culturelles

Loubna Belaid et Valéry Ridde

Texte intégral

1La mortalité maternelle demeure un défi majeur de santé publique dans les pays du Sud. Actuellement, près de 800 femmes décèdent chaque jour pour des raisons liées à la grossesse et à l’accouchement. De plus, 99 % des décès maternels ont lieu dans les pays du Sud, et notamment en Afrique, dans la région subsaharienne.

2Une bonne partie de ces décès aurait pu être évitée si les femmes avaient un accès rapide et adéquat aux structures de santé. L’assistance médicale avant, pendant et après l’accouchement peut sauver des vies. C’est notamment durant l’accouchement que l’assistance par du personnel qualifié s’avère primordiale. En effet, les accouchements réalisés par des professionnels de la santé qualifiés pourraient prévenir 75 % des décès maternels.

3Au Burkina Faso, cette intervention sanitaire s’est traduite par la mise en place d’une politique nationale qui consiste à réduire les prix des accouchements et des urgences obstétricales dans les services de santé publics.

4À la suite de l’application de cette politique, on a constaté une hausse de la couverture des accouchements par du personnel qualifié dans les centres de santé à l’échelle du pays. Cependant, des disparités sont observées entre les régions et entre les centres de santé. Par exemple, en 2010, quatre années après la mise en œuvre de cette politique, le taux d’accouchements assistés s’élevait à 35 % dans la région du Sahel, alors qu’il était de 88 % dans la région du Centre Sud. En outre, dans certaines formations sanitaires, la couverture des accouchements n’a pas du tout changé.

  • 1 Nous reprenons le terme utilisé par les professionnels de la santé de ce district pour différencie (...)

5Cela a été le cas dans le district sanitaire de Djibo, situé dans la région du Sahel. Les agents de santé expliquent que la politique nationale n’a pas eu d’effet dans certains centres, car les femmes peuls (ethnie1 majoritaire dans le district) refusent d’accoucher à l’hôpital pour des raisons culturelles. Selon les agents de santé, une des raisons avancées est que les femmes peuls refuseraient de donner naissance à l’hôpital afin de ne pas exprimer publiquement leur douleur. En adoptant une telle attitude, elles exposeraient ainsi leur bravoure.

6Il faut d’abord mentionner que cette valeur morale n’est pas spécifique des populations peuls, elle est partagée par de nombreuses sociétés africaines. On la retrouve d’ailleurs dans des représentations culturelles de nombreuses sociétés. En effet, par leur capacité à maîtriser les douleurs associées au travail d’accouchement, les femmes transmettraient à leur nouveau-né la faculté de mieux contrôler ses émotions et d’être mieux perçu par les membres de la communauté.

7De plus, cette volonté de maîtriser ces douleurs ne semble pas entrer en contradiction avec le système de santé, puisque celui-ci l’encourage. En effet, les agents de santé incitent les femmes à ne pas exprimer verbalement leurs douleurs. Par ailleurs, celles qui réussissent sont valorisées par les agents de santé et sont élevées en modèles pour les autres.

8Toujours selon leur point de vue, les femmes peuls opteraient aussi pour les accouchements à domicile pour des raisons de pudeur et de timidité. Or, s’agit-il réellement de traits culturels ? Il faut d’abord rappeler que « l’accouchement est avant tout une affaire de femmes ». Or, la majorité des soignants en milieu rural sont des hommes. En outre, le peu de professionnelles de santé qui sont dans les campagnes sont difficiles à maintenir en milieu rural au vu des conditions de travail, familiales et sécuritaires. Ainsi, la timidité et la pudeur n’ont pas à être rangées du côté de la culture, mais peuvent être considérées comme des inadéquations du système de santé face aux attentes et aux préférences des femmes.

9Les agents de santé soutiennent aussi que les femmes peuls préfèrent retourner au village de leur mère pour donner naissance plutôt que de se rendre dans un centre de santé. Il ne s’agit pas non plus ici d’un obstacle culturel, mais tout simplement d’un souhait, parfois exprimé par les femmes, de pouvoir bénéficier d’un soutien familial au cours d’une période où elles se sentent en état de vulnérabilité. Il y a aussi le fait qu’à la maternité, les soignants n’autorisent pas les familles à entrer dans la salle d’accouchement en raison de l’espace réduit. Dans une salle d’accouchement, trois à quatre parturientes peuvent parfois être en travail en même temps.

10Par ailleurs, le soutien social pour les femmes, du Nord comme du Sud, pendant l’accouchement est reconnu comme une stratégie efficace et contribue à renforcer l’expérience positive d’accouchement dans les services de santé publics.

11En plus d’un système de santé qui reste encore faiblement à l’écoute des préférences des femmes, le manque d’infrastructures, de médicaments et des consommables nécessaires pour les soins de santé maternels est chronique dans les services de santé publics. À cela s’ajoutent les difficultés relationnelles et de communication entre les agents de santé et les parturientes. La qualité de l’accueil dans certains centres reste médiocre. Les femmes dénoncent l’absence, l’indisponibilité des professionnels de la santé dans les formations sanitaires, la violence verbale et le mépris à leur égard. De surcroît, d’autres déficiences liées aux services de santé viennent s’additionner. Elles concernent les barrières économiques et géographiques qui demeurent des freins persistants aux accouchements dans les centres de santé.

12Malgré la réduction des coûts associés à la politique du Burkina Faso, les femmes continuent à payer pour leurs frais d’accouchement. Il ne faut pas non plus oublier les paiements informels exigés parfois par certains soignants, les coûts associés au transport, à la nourriture des accompagnateurs dans les centres de santé et aux consommables qui devraient être pourtant gratuits, comme les gants ou les produits de nettoyage.

13En outre, les distances que les femmes doivent parcourir pour atteindre un centre de santé, les mauvaises conditions des routes, l’absence et l’inadéquation des transports (bicyclette, moto) dans les villages sont toujours des réalités vécues par les femmes enceintes lorsqu’elles souhaitent donner naissance dans un centre de santé.

14Donc, en examinant de plus près le fonctionnement actuel du système de santé, on constate que les arguments culturels semblent peu convaincants pour justifier l’absence d’effet de la politique nationale sur la couverture des accouchements assistés dans les centres de santé auprès des femmes peuls. Cela s’explique avant tout par le fait que le système de santé reste encore peu performant et est peu attentif aux préférences et aux attentes des femmes.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Bhutta, Z. A., Cabral, S., Chan, C.-W. et Keenan, W. J. (2012). Reducing maternal, newborn, and infant mortality globally: An integrated action agenda. International Journal of Gynecology & Obstetrics, 119, Supplement 1(0) : S13-S17.

Campbell, O. M. R. et Graham, W. J. (2006). Strategies for reducing maternal mortality: getting on with what works. Lancet, 368 : 1284-1299.

Göttingen International Health Network (GIHN) (2013). Maternal-Child Health Interdisciplinary Aspects Within the Perspective of Global Health. Göttingen, Universitätsverlag Göttingen.

Notes

1 Nous reprenons le terme utilisé par les professionnels de la santé de ce district pour différencier les différents groupes sociaux qui y sont présents. Le terme majoritaire est pris uniquement dans un sens numérique.

Auteurs

Université de Montréal (Canada)

Professeur agrégé de santé publique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, titulaire d’une chaire de recherche en santé publique appliquée des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et chercheur à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (IRSPUM)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search