Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La prévention et les soins

17. Les rapports sexuels avant une compétition nuisent à la performance sportive

Georges Batona, Aissatou Coulibaly, Sophie Dupéré, Laurence Guillaumie et Jacky Ndjepel

Texte intégral

1Mohamed Ali, célèbre champion de boxe, avait la réputation de s’abstenir de toute activité sexuelle pendant plusieurs semaines avant chaque combat. Patrick Dempsey, acteur populaire dans la série américaine Grey’s Anatomy et cycliste amateur, pratique lui aussi l’abstinence sexuelle afin d’avoir une meilleure concentration en entraînement et d’optimiser ses performances. En réalité, de nombreux sportifs, comme Ali et Dempsey, s’abstiennent de rapports sexuels avant toute compétition parce que l’acte sexuel engendrerait une dépense énergétique importante pouvant nuire à la performance sportive. Cette idée perdure depuis la Grèce antique, où les athlètes étaient déjà exhortés à observer l’abstinence sexuelle avant toute compétition. Elle se perpétue encore dans l’imaginaire collectif.

2Pour s’assurer de l’abstinence sexuelle des sportifs, les entraîneurs et dirigeants sportifs vont jusqu’à interdire la présence des conjoints et conjointes lors des stages préparatoires ou des compétitions. En 2006, lors de la Coupe du monde de football, les joueurs de l’équipe nationale du Costa Rica ont été privés de leurs conjointes pendant tout leur voyage en Allemagne. Jusqu’à ce jour, durant le Tour de France, les conjointes ne peuvent pas accompagner les cyclistes. Ces pratiques s’inscrivent dans l’idée qu’une frustration sexuelle avant une compétition rendrait les sportifs plus agressifs, plus concentrés et potentiellement plus performants, alors que l’acte sexuel réduirait cette agressivité et l’envie de gagner. En Afrique, cette idée est tellement ancrée dans les croyances que si un footballeur d’ordinaire talentueux ne parvient pas à exprimer son talent lors d’un match, il pourra être accusé par ses supporters d’avoir eu des rapports sexuels avant le match.

3Tous les sportifs ne sont cependant pas unanimes sur les effets négatifs des rapports sexuels avant une compétition. Il semble que les athlètes ne se privent pas de sexe lors des Jeux olympiques et, au contraire, s’y adonnent volontiers entre les compétitions. C’est ce que l’on peut en déduire, si l’on présume que les 150 000 condoms distribués aux Jeux de Londres en 2012 ou les 220 000 condoms distribués aux Jeux de Salt Lake City en 2002 ont été effectivement utilisés par les athlètes en marge des compétitions. Le sexe pourrait-il au contraire constituer le premier sport des sportifs ?

4Quelques scientifiques se sont intéressés à explorer la relation entre le sexe et la performance sportive. Tout d’abord, les hommes réaliseraient les mêmes performances sportives sur un tapis de course et démontreraient les mêmes niveaux de concentration, qu’ils aient eu ou non des relations sexuelles auparavant. Ainsi, le rapport sexuel n’aurait aucun impact, ni bon ni mauvais, sur les performances sportives et sur la concentration. De plus, un rapport sexuel dans des conditions normales, et conduisant à l’orgasme, ne brûle que 25 à 50 calories, soit l’équivalent de 20 marches d’escalier. Dans l’hypothèse d’une activité sexuelle ininterrompue pendant une heure, la dépense énergétique serait de 250 calories par heure, soit environ quatre calories par minute. Un tel effort est tout à fait surmontable pour un sportif de haut niveau et discrédite l’idée selon laquelle la dépense énergétique diminuerait les performances d’un athlète. Il a également été confirmé que le sexe atténuerait les douleurs musculaires liées aux entraînements chez les femmes et renforcerait les muscles chez les hommes. Enfin, au lieu de préserver le taux de testostérone dans le sang (cette hormone masculine qui renforce les muscles), une privation de tout rapport sexuel pour des sportifs pendant une période de trois mois le diminuerait plutôt. En plus de cela, le taux de testostérone masculine serait significativement augmenté à la suite d’une activité sexuelle. Ainsi, contrairement à l’idée reçue, l’activité sexuelle avant une compétition sportive pourrait conférer les bénéfices d’une agressivité accrue en raison de niveaux de testostérone supérieurs.

5D’autres bénéfices du rapport sexuel avant une compétition ont été identifiés. Selon Pamela Peeke, de l’American College of Sports Medicine, un rapport sexuel, tant pour les hommes que pour les femmes, permet de relâcher la tension et de s’endormir plus facilement. Le rapport sexuel avant une compétition aurait même un effet équilibrant sur le plan psychologique lorsqu’il se produit avec le partenaire habituel et ne revêt pas le caractère d’un exploit avant l’exploit. Ainsi, il n’aurait aucun effet sur la force ou l’endurance des athlètes, mais en revanche, pourrait être une distraction relaxante en cas d’anxiété avant une épreuve. Cependant, il ne faudrait pas que celui-ci soit associé à un manque de sommeil ou à une consommation d’alcool. Finalement, des experts s’accordent pour dire que les effets des rapports sexuels dépendent principalement de la façon dont l’athlète les perçoit. Pour Éric Blais, éducateur physique, « s’il [le sportif] pense que cela va avoir un effet négatif, c’est certainement ce qui va se produire, et inversement. C’est un peu comme les sportifs qui cessent de se raser pendant les finales, ou les joueurs qui veulent toujours porter leur chandail porte-bonheur avant une compétition ».

6Les recherches scientifiques ne permettent pas de soutenir l’idée selon laquelle l’activité sexuelle avant une compétition diminuerait la performance sportive. Cela est d’autant plus vrai que de nombreux sportifs utilisent la sexualité avant une compétition pour se relaxer et diminuer la pression. Aussi, les connaissances scientifiques actuelles illustrent que les niveaux de dépense d’énergie engendrés par un orgasme sont très bas.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Boone, T. (2008). Sex before athletic competition : Myth or fact. Edwin Mellen Pr, 1re édition.

Collier, F., (1992). La sexualité des sportives. Cahiers de Sexologie clinique, 18, n° 111 (nov.) : 26.

Solomon, M. et Collier, F. (1991). Être femme et sportive. In P. Madelenat (dir), Être femme et sportive, Paris, Doin, 1991 : 208.

Auteurs

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search