Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

La prévention et les soins

11. Pour lutter contre la transmission du VIH, il suffit d’utiliser le condom

Jacky Ndjepel, Georges Batona, Aissatou Coulibaly, Sophie Dupéré et Laurence Guillaumie

Texte intégral

1Malgré les campagnes d’information et les progrès indéniables de la science, l’imaginaire collectif reste très influencé par des idées fausses sur le VIH/sida, notamment sur les modes de transmission et les moyens de prévention, comme l’utilisation du préservatif.

2Les modes de transmission du VIH/sida demeurent encore flous pour bon nombre de personnes. Plusieurs études ont permis de mesurer la présence de certaines croyances à contre-courant des connaissances scientifiques actuelles au sein de la population. À titre d’exemple, une étude conduite en France en 2010 indique que 21 % des personnes interrogées, en majorité des jeunes, pensent que le virus peut se transmettre par une piqûre de moustique, 13 % dans les toilettes publiques et 6 % en buvant dans le verre d’une personne porteuse du virus (ANRS, 2010). D’autres idées suggèrent que l’on peut contracter le VIH en se prêtant ou en échangeant des vêtements, en ayant des contacts directs avec des personnes séropositives (embrassades, caresses, baisers, partage de repas, etc.) et avec certains animaux (singes, chats, chiens et autres). Aussi, un nombre important de personnes pense que le virus peut se transmettre par des postillons ou des crachats.

3Dès son apparition en Afrique subsaharienne, le sida fut considéré par l’opinion publique comme une maladie propagée par les Blancs, pour décimer les populations noires, ou encore comme un virus qui se serait échappé des laboratoires des Blancs. Plus tard, avec la reconnaissance des risques associés aux rapports sexuels non protégés, l’imaginaire populaire a basculé vers une nouvelle représentation, celle d’une malédiction divine. Ainsi, les personnes contaminées par le virus seraient punies pour avoir mené une vie de débauche. De ce fait, il n’était pas rare d’associer le sida exclusivement aux prostituées et aux personnes homosexuelles. Aujourd’hui, même si les croyances africaines rejoignent celles partagées en Occident, les idées du complot blanc ou de la colère divine circulent toujours.

La transmission : seulement par la voie vaginale ?

4Le sida est reconnu comme une infection transmissible sexuellement et par le sang (ITSS). Il est généralement admis qu’avoir des relations sexuelles non protégées par le condom est la manière la plus courante de contracter une ITSS et, par ricochet, le VIH. Dans l’imaginaire populaire, une relation sexuelle protégée fait presque uniquement référence au port du préservatif lors de la pénétration vaginale. Cette idée est souvent renforcée et explicite dans les campagnes de sensibilisation où l’on demande habituellement à l’homme d’enfiler un préservatif au moment de la pénétration en référence au vagin ou à l’anus. Pourtant, les contacts bouche-sexe ou bouche-anus sans préservatif comportent aussi des risques de transmission du VIH, même s’ils sont jugés beaucoup plus faibles. Les simples contacts avec les organes génitaux offrent également un terrain propice pour attraper une ITSS. En effet, on compte parmi les liquides contaminants les sécrétions vaginales qui, en l’absence de pénétration, peuvent être produites par des frottements au niveau des organes génitaux. Chez les hommes, le sperme et le liquide séminal qui s’écoule au début de l’érection sont autant de liquides corporels susceptibles d’être contaminants.

5Les scientifiques s’accordent pour dire que le sida se transmet de trois manières :

  • La transmission par voie sexuelle, qui consiste à avoir des rapports sexuels non protégés avec pénétration vaginale, anale ou buccale avec une personne infectée. C’est le mode de contamination le plus important : 80 % à 85 % des personnes infectées contractent le virus de cette manière. Bien que la pénétration représente un risque plus grand de contracter le VIH, il en existe d’autres, même s’ils sont jugés plus faibles : de simples contacts génitaux sans pénétration produisant des sécrétions vaginales ou anales.
  • La transmission par voie sanguine. Celle-ci se traduit par des échanges sanguins dans des situations bien précises, à savoir l’utilisation d’objets coupants souillés (couteaux d’excision, de circoncision, lames de scarification, de rasage, aiguilles de tatouage, seringues d’injection, piqûres accidentelles chez des professionnels de la santé) et lors de transfusions sanguines.
  • La transmission mère-enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement. Ce mode de contamination dépend en grande partie du niveau d’infection de la mère. Les risques de transmission sont plus élevés vers la fin de la grossesse (huitième, neuvième mois) et dépendent du type d’accouchement. Des études récentes ont démontré qu’une bonne prise en charge des femmes vivant avec le VIH leur permettait de mener à bien une grossesse et de donner naissance à des enfants en bonne santé.

6Le sida est une infection qui affaiblit tout le système immunitaire d’un individu. Ce terme désigne l’ensemble des maladies qui surviennent à la suite de l’affaiblissement de l’organisme causé par le VIH. Dans les campagnes de sensibilisation, il est toujours recommandé d’adopter des comportements responsables, par exemple l’abstinence, la fidélité, la connaissance de son statut sérologique et de celui de son partenaire, l’utilisation systématique du préservatif chez les personnes actives et la stérilisation des objets contaminés. Ces recommandations constituent de bons moyens pour éviter de contracter le virus. Évidemment, le port du préservatif constitue le principal mode de prévention. En fait, si le condom est bien utilisé, le risque d’attraper le VIH est très minime. Une bonne utilisation consiste à l’enfiler avant tout contact avec le vagin, la bouche ou l’anus du partenaire.

La prévention, l’arme la plus précieuse

7Les idées reçues sur le VIH/sida ont la peau dure. Bien que la maladie soit étudiée et que l’information soit mise à la disposition du public, des croyances fausses sont encore très ancrées dans l’imaginaire collectif. Aussi, certains chercheurs soulignent que des facteurs autres pourraient être à l’origine du sida. Dans ces conditions, on peut se demander si les mythes autour de cette grave infection finiront par tomber un jour. Toutefois, au-delà des controverses scientifiques, l’urgence d’agir et d’éduquer sur ses modes de transmission ne fait aucun doute. La prévention demeure l’arme la plus précieuse dans le combat contre le VIH/sida, en attendant d’autres avancées médicales pour éradiquer ce fléau.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Hédon, C. (2008). Le sida aujourd’hui. Milan : Éditions Milan, Les Essentiels, Milan n° 294.

Société canadienne du sida (2005). La transmission du VIH : guide d’évaluation du risque. 5e éd. Société canadienne du sida, Ottawa, Canada.

Auteurs

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search