Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

Les politiques et les systèmes de santé

6. Les missions internationales médicales bénévoles à court terme sont efficaces

Stephan Brenner

Texte intégral

1Le fait de s’engager bénévolement dans des missions médicales à court terme est de plus en plus répandu chez les médecins, les internes et les étudiants en médecine de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale. L’engagement bénévole en médecine répond à la tradition altruiste de la profession médicale qui s’enracine dans l’offre en soins de santé aux plus démunis et aux communautés mal desservies des pays à faible revenu. Cet engagement s’inscrit dans le courant de l’éthique médicale qui prône la responsabilité sociale envers les plus vulnérables et les plus défavorisés. Par ailleurs, dans les pays riches, où la médecine reste un domaine académique compétitif, le bénévolat en médecine devient, de plus en plus, un prérequis intéressant pour étoffer les curriculum vitæ des cliniciens. Avec le manque considérable de ressources humaines dans la plupart des pays à revenu faible, il n’est pas surprenant de constater que de nombreuses organisations non gouvernementales à but non lucratif essaient de répondre à la pénurie locale de médecins généralistes et spécialistes en recrutant des cliniciens en provenance des pays riches.

2Les missions à des fins médicales peuvent se regrouper en trois catégories. Il y a d’abord les formes diverses et variées d’opérations de secours humanitaires. Ces missions sont organisées pour secourir un nombre important de victimes après une catastrophe naturelle ou d’origine humaine. Elles se déroulent au sein des hôpitaux de campagne et s’appuient sur des équipes d’urgence et chirurgicales expatriées pour répondre aux besoins aigus en soins des populations touchées. La deuxième catégorie regroupe les missions médicales à long terme. Les donateurs, souvent en collaboration avec les gouvernements locaux, recrutent, pour une période allant de plusieurs mois à quelques années, des cliniciens spécialistes expatriés pour travailler dans des centres de santé tertiaires afin de combler le manque de pédiatres, dentistes, ophtalmologistes, anesthésistes sur place. Pour finir, les missions médicales à court terme sont généralement composées de plusieurs médecins, infirmières ou étudiants en médecine qui s’engagent bénévolement sur des périodes de plusieurs jours ou quelques semaines. Ces bénévoles travaillent dans des régions éloignées ou rurales et soignent gratuitement des personnes souffrant de maladies aiguës ou chroniques grâce aux dons de médicaments et de matériel médical.

3La controverse au sujet du bénéfice, de l’impact et de l’efficacité des missions humanitaires médicales demeure encore actuelle. Les données probantes à ce sujet sont, malheureusement, rares et insuffisantes. Le manque de pérennité et l’intégration plutôt informelle des missions médicales dans les systèmes de santé locaux sont des préoccupations souvent exprimées. Les missions d’aide humanitaire ont lieu habituellement dans des régions où les structures sanitaires locales ont été détruites ou sont très souvent surchargées. Si on considère la structure opérationnelle mise en place pour répondre à la catastrophe, on remarque que l’intention première n’est pas de programmer des missions à long terme, mais plutôt d’intégrer le système de soins national et local pour mieux gérer le problème sanitaire. Les missions de longue durée, quant à elles, sont généralement initiées et soutenues par les administrations nationales de santé avec le soutien des gouvernements donateurs pour couvrir les besoins en santé de la population locale. Par conséquent, l’intégration et la participation à long terme sont des caractéristiques relativement communes. Toutefois, ce type de missions reflète souvent la négligence de l’État (qui accueille ces aides) envers sa responsabilité réelle d’investissement et d’organisation des services de santé nécessaires à son propre fonctionnement. Quant aux missions à court terme, les principales préoccupations demeurent leur manque de pérennité et d’intégration locale, puisqu’elles fonctionnent souvent avec les systèmes de santé étrangers loin des cadres fixés à l’échelle nationale. Somme toute, les missions à court terme restent probablement la forme de bénévolat médical la plus attrayante. Elles sont de courte durée et donc plus conformes aux obligations cliniques qui incombent aux médecins venant de pays étrangers. Elles recrutent volontiers des étudiants en médecine ayant des qualifications professionnelles limitées et sont reconnues comme une riche et unique expérience de vie professionnelle et personnelle auprès des plus démunis (patients et soignants locaux).

4Les quelques données probantes disponibles sur l’impact des missions médicales à court terme étudient principalement les répercussions du bénévolat médical sur l’offre en soins cliniques et le système de santé. Les effets négatifs sur la qualité des soins cliniques offerts ont été recensés dans des situations où les besoins de santé locaux ont été négligés ou mal compris. Dans des contextes aux ressources limitées, les prestations de soins requièrent souvent le maintien des approches thérapeutiques habituelles. En effet, les meilleures stratégies curatives possibles dans un pays développé ne peuvent pas toujours être applicables dans un pays aux ressources médicales limitées. Le protocole médical standard en vigueur dans les pays riches exige souvent un suivi médical, des traitements post-chirurgicaux, des mesures de réhabilitation ou encore d’autres formes d’interventions cliniques multidisciplinaires. Élaborer des prestations de soins qui ne sont pas adaptées aux directives locales ni à la réalité des établissements de santé locaux (couramment surchargés) ne s’inscrit en rien dans une perspective de pérennité puisque, une fois la mission terminée, le suivi par le médecin expatrié n’est pas souvent envisageable. Si les patients, aux ressources financières déjà limitées, désirent continuer le vaste processus de soins mis en place par les missions humanitaires, ils devront engager des dépenses supplémentaires.

5Une autre préoccupation sur la qualité des soins reliée à l’éthique médicale mérite d’être soulevée. Travailler dans un établissement de santé avec relativement peu de supervision permet – et parfois on s’y attend – aux internes expatriés en médecine et même aux étudiants en médecine d’exécuter des tâches ou des procédures cliniques pour lesquelles ils ne sont pas pleinement qualifiés. De même, les médecins cliniciens expérimentés pourraient effectuer des procédures cliniques, qui ont été remplacées dans les pays riches par des techniques modernes de diagnostic moins invasives, sans jamais les avoir réalisées régulièrement dans leur pratique professionnelle. Les ressources en matériel médical limitées, le manque de supervision et l’absence d’un cadre déontologique réglementaire pour encadrer les pratiques professionnelles abusives pourraient finalement compromettre la sécurité des patients. Enfin, en ce qui concerne l’organisation du travail, la maîtrise insuffisante des langues et des coutumes locales requiert souvent que les infirmières et les assistants médicaux locaux endossent le rôle d’interprète entre le bénévole et le patient. Cette pratique empêche les agents de santé locaux d’accomplir leurs tâches quotidiennes et les force à devenir de simples auxiliaires.

6Selon une perspective de santé publique, les effets des missions médicales à court terme semblent encore plus problématiques. Si on tient compte d’une approche coûts-bénéfices, les coûts par cas traité lors d’une mission à court terme sont plus importants que pour toute autre intervention de soins de santé offerte. Le bénévolat représente un coût financier élevé, si on tient compte de toutes les dépenses qu’il faut prévoir : les billets d’avion, les vaccins et l’hébergement. De plus, les impacts sur la santé des interventions médicales offertes lors de missions sont de très courte durée dans des contextes de soins où, généralement, la malnutrition, le manque d’hygiène et les difficultés à contrôler le vecteur de la maladie prévalent. Ainsi, l’allocation des ressources financières et humaines lors des missions humanitaires médicales à court terme tend à être extrême ment inefficace. Comme la plupart des missions médicales se centrent principalement sur les interventions curatives, les besoins réels des communautés locales en matière de santé – les mesures de prévention des maladies, le dépistage de la maladie, l’éducation à la santé – et les problèmes des systèmes de santé locaux – la mauvaise qualité des infrastructures de santé, la corruption, le manque de professionnels de santé – sont trop souvent négligés. Malgré le nombre de missions à court terme qui ont été organisées et financées avec le soutien des pays riches, seulement quelques-unes ont su collaborer et créer des accords avec les administrateurs de santé locaux. Ce manque de collaboration conduit souvent à la duplication des programmes nationaux de santé, au gaspillage des ressources et à la négligence de l’importance du rôle des autorités locales. Dans leur désir de porter secours aux communautés marginalisées ignorées des politiques de santé déjà existantes, les missions médicales bénévoles ont plutôt contribué à perturber les systèmes de santé.

7Les soins de santé offerts lors des nombreuses missions à court terme, empreintes d’altruisme et de bienveillance, sont-ils réellement de bons soins ? Les structures opérationnelles actuelles des missions médicales à court terme contribuent-elles efficacement à relever les défis des insuffisances des infrastructures de santé en soulageant durablement les systèmes de santé surchargés et en allégeant le fardeau de la maladie des populations frappées par la pauvreté ?

8Les communautés locales considèrent généralement les missions médicales comme un signe visible d’une solidarité internationale. Les professionnels de santé locaux apprécient généralement la possibilité de pouvoir mesurer leurs connaissances et compétences professionnelles en travaillant aux côtés de leurs collègues des pays riches. Néanmoins, les données probantes qui montrent l’impact positif des missions médicales à court terme sur la santé semblent être contrebalancées par la présence importante des conséquences négatives. Il semble finalement que les missions médicales servent avant tout aux médecins des pays riches dans leur recherche de moyens aventureux pour combiner les soins cliniques avec la philanthropie. Les concepts de missions humanitaires médicales nourris d’une approche plus bidirectionnelle peuvent être une solution envisageable pour répondre à certaines des critiques soulevées. Toutefois, de tels concepts devraient requérir une évaluation critique du potentiel réel des missions médicales à fournir des soins de santé efficaces et durables.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Chevalier, A. et al. (2002). Analyse des conditions préalables à la mise en œuvre de formations en santé dans le cadre de l’aide humanitaire. Santé publique, 14 : 37.

Maki, J. et al. (2012). Health impact assessment and short-term medical missions : a methods study to evaluate quality of care. BMC Health Service Research, 8 : 121.

Matiniuk, A. L. C. et al., Brain Gains. A literature review of medical missions to low and middle-income countries. (2012) BMC Health Service Research, 12 : 134.

Auteur

Université de Heildeberg (Allemagne)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search