Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

Les politiques et les systèmes de santé

3. En Afrique, les soins gratuits déresponsabilisent la population, ne sont pas valorisés et sont de mauvaise qualité

Valéry Ridde et Ludovic Queuille

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est composé d’une section d’un article publié : Nine misconceptions about free healthc (...)

1De nombreuses personnes prétendent que la gratuité des soins déresponsabilise les usagers en leur permettant, par exemple, d’abuser des services. Elles avancent aussi que celle-ci les amènerait à ne pas valoriser les services et les produits offerts ou à les considérer comme de mauvaise qualité. Pourtant, de nombreuses données scientifiques montrent le contraire. Certains prétendent aussi que la gratuité des accouchements va entraîner une hausse des naissances et donc que cette mesure va à l’encontre de la promotion de la planification des naissances. Il n’existe aucune preuve pour soutenir une telle idée, alors que de nombreuses connaissances tendent à démontrer le contraire1.

2Des recherches sur les traitements contre le VIH mis en place par l’État du Sénégal ont montré que l’instauration de la gratuité a été favorable à la responsabilisation des malades dans le suivi de leur traitement. La lutte contre le VIH est ainsi devenue bien plus efficace. C’est pour la même raison que le traitement contre la tuberculose est gratuit dans de nombreux pays en Afrique. Des recherches expérimentales ont montré que le fait d’avoir payé ou non les moustiquaires en Ouganda et au Kenya ou du désinfectant pour l’eau en Zambie ne modifie en rien leur niveau d’utilisation par les populations. Ceux qui payent n’utilisent pas plus leur produit que ceux qui en bénéficient gratuitement.

3La gratuité permet à plus de malades d’être soignés et guéris, et donc aux citoyens d’être acteurs dans la gestion de leur santé. Si les consultations prénatales (CPN) sont gratuites dans la plupart des pays d’Afrique, c’est pour créer des liens entre les femmes enceintes et les soignants afin d’encourager les accouchements par du personnel qualifié dans les maternités. Ainsi, en Afrique, les femmes qui ont réalisé trois CPN ont neuf fois plus de chances d’accoucher dans un centre de santé que celles qui n’en ont réalisé aucune. Au Burkina Faso, dans une région où la population est majoritairement pauvre, un an après l’instauration de la gratuité, 80 % des enfants malades ont été conduits dans un centre de santé, alors qu’ils n’étaient que 30 % lorsque les soins étaient payants. Même les parents des enfants malades vivant à plus de 10 km des centres de santé se déplacent en masse pour bénéficier des soins gratuits (77 % de plus qu’auparavant). A contrario, au Rwanda, où les mutuelles de santé réclament encore un paiement au centre de santé, seulement 33 % des enfants malades se rendent dans un centre de santé.

4Lorsque l’on supprime le paiement direct au point de service, l’augmentation de la fréquentation des services est immédiate, importante, mais surtout durable lorsque la mise en œuvre ne fait pas défaut. Si les services gratuits n’étaient pas valorisés, la fréquentation s’essoufflerait au fil du temps. Au contraire, la gratuité, lorsqu’elle est bien mise en œuvre et suffisamment financée, permet à un plus grand nombre de malades d’être soignés et guéris, et donc aux citoyens de reprendre confiance dans le système de santé. Et lorsque l’on sait combien la maladie engendre des frais importants en dehors de ceux déboursés au centre de santé, il est peu logique et inconvenant de considérer que les populations dévalorisent les soins qu’ils viennent chercher, sous prétexte qu’ils sont gratuits. Tout ceci est confirmé, par exemple, par une étude sur la qualité perçue des accouchements comparant la perception des femmes ayant accouché dans un district du Burkina Faso où elles doivent payer à celle des femmes du district voisin où la gratuité est expérimentée. Il n’existe pas de différence pour les trois dimensions de la qualité étudiées : relations interpersonnelles, soins prodigués et environnement de l’accouchement. Autrement dit, ne pas payer ne dévalorise pas la perception de la qualité des accouchements.

5Si l’on en vient maintenant à la gratuité des accouchements en Afrique, c’est dans les milieux urbains qu’ils sont les plus chers et que les taux de natalité sont les plus faibles. Au Mali et au Burkina Faso, les femmes vivant en milieu rural ont respectivement 7,2 et 6,7 enfants en moyenne, alors que celles vivant dans la capitale n’en ont que 4,8 et 3,4. Au Burkina Faso, au Ghana, au Sénégal et dans d’autres pays, la tendance à la baisse de la fécondité se maintient, alors que les accouchements ont été fortement subventionnés ou rendus gratuits dans la période 2005-2010. De plus, on sait depuis longtemps que l’éducation est un des plus importants facteurs associés à la fécondité et que la pauvreté est un frein à sa baisse. Or, les dépenses lors des accouchements, et surtout des césariennes, peuvent entraîner les ménages les moins aisés dans l’extrême pauvreté.

6Du point de vue des droits humains mais aussi sur un plan stratégique, le concept de « maternité sans risque » vise à sauver la vie des femmes lors des accouchements assistés par du personnel qualifié en facilitant la détection des complications (survenant dans 15 % des accouchements), leur référence et leur prise en charge à l’hôpital. Or, faire payer les accouchements, c’est favoriser les accouchements à domicile et ainsi restreindre les possibilités de soins dont doit disposer toute femme enceinte. D’une façon générale, il est essentiel de renforcer l’accès des populations à l’information et aux services de santé sexuelle et reproductive pour que les femmes puissent être en mesure de choisir librement d’utiliser un produit contraceptif.

7La qualité des soins est un enjeu majeur des systèmes de santé. Certains s’inquiètent des effets négatifs de la gratuité sur la qualité des soins, du fait notamment de l’augmentation du nombre de consultations pour les agents de santé, de la trop grande liberté offerte aux prescripteurs, de ruptures dans les stocks de produits médicaux, etc. Il n’existe pas, à notre connaissance, de recherche établissant un lien direct et quantifié entre la gratuité et la baisse de la qualité des soins. Cependant, des recherches qualitatives montrent, par exemple au Niger ou au Mali, que lorsque les politiques de gratuité des soins sont sous-financées et mal organisées, elles engendrent une baisse de qualité vue sous l’angle de la disponibilité des médicaments. Mais cette mauvaise qualité préexiste très souvent aux politiques de gratuité et cette exacerbation s’explique en grande partie par la mauvaise mise en œuvre et non par le principe de gratuité lui-même. A contrario, le principe du paiement par les usagers ne renforce pas forcément la disponibilité des médicaments. Au Burkina Faso, par exemple, les médicaments de lutte contre le paludisme distribués par les agents de santé communautaire restent payants, contrairement au Mali, où ils sont gratuits. Or, les mêmes problèmes de mise en œuvre et de logistique se posent et rendent la disponibilité de ces produits très problématique et inquiétante. La qualité de la mise en œuvre des politiques est donc centrale à l’atteinte de leurs objectifs.

8Deux études concernant la qualité des soins dans une situation où la gratuité est bien mise en œuvre et où la fréquentation des services a très largement augmenté ont été réalisées au Burkina Faso. La première montre que, contrairement à cette idée reçue, les durées moyennes des actes réalisés par les agents de santé dans un district où les soins sont gratuits ne sont pas inférieures à celles du district voisin où ils restent payants (respectivement 12 contre 9 minutes pour les consultations curatives, 63 contre 62 minutes pour les accouchements et 15 contre 11 minutes pour les CPN). La seconde étude montre que les prescriptions médicales concernant les soins gratuits pour les enfants de moins de cinq ans restent très proches des normes de l’OMS et de l’État. L’importance des mesures d’accompagnement et de la supervision de la gratuité mentionnée dans cette étude est confirmée par une recherche menée au Sénégal, où la distribution gratuite des traitements contre le paludisme par les agents de santé communautaire sans autre mesure pose de sérieuses difficultés.

9La gratuité des soins ne résoudra pas tous les problèmes que vivent les populations et les systèmes de santé. Toutefois, le fait même qu’elle agisse souvent comme un révélateur des dysfonctionnements constitue en soi une réelle possibilité d’amélioration des systèmes de santé. Dans cette optique, il paraît important de prendre en considération les nombreuses recherches qui montrent que la plupart des idées communément exprimées contre le principe de la gratuité des soins ne reposent pas sur des preuves. La plupart du temps, ces idées reçues sont liées à des contextes où la gratuité des soins n’est pas mise en œuvre correctement, est peu financée et ne constitue pas une réelle priorité politique. Ce n’est donc pas contre le principe lui-même qu’il faut lutter, mais pour son application efficace. En effet, lorsque la gratuité est bien planifiée, suffisamment financée et mise en œuvre grâce à des mesures ciblées d’accompagnement, elle s’avère très efficace et équitable.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Bates, M.-A., Glennerster, R., Gumede, K. et Duflo, E. (2012). Pourquoi Payer ? Field Actions Science Reports [Online], Special Issue 4 | 2012, Online since 31 January 2012, http://factsreports.revues.org/1301.

Gratuité des soins en Afrique subsaharienne : en finir avec certaines idées reçues (2013). http://www.oxfamfrance.org/rapports/acces-sante/gratuite-dessoins-afrique-ubsaharienne-idees-recues

Ridde, V. (2012). L’accès aux soins de santé en Afrique de l’Ouest. Au-delà des idéologies et des idées reçues. Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Notes

1 Ce chapitre est composé d’une section d’un article publié : Nine misconceptions about free healthcare in sub-Saharan Africa, Development Studies Research, vol. 1 (1), 2014, Valéry Ridde, Ludovic Queuille et Marame Ndour.

Auteurs

Professeur agrégé de santé publique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, titulaire d’une chaire de recherche en santé publique appliquée des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et chercheur à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (IRSPUM)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search