Version classiqueVersion mobile

Des idées reçues en santé mondiale

 | 
Valéry Ridde
, 
Fatoumata Ouattara

Introduction

Valéry Ridde et Fatoumata Ouattara

Texte intégral

« La fonction du mythe, c’est d’évacuer le réel. »
Roland Barthes, 1970

« Le mythe, à trop s’enfler, doit éclater. »
Edgar Morin, 1969

1Préjugés, stéréotypes, clichés, mythes, idées reçues, voici autant de termes apparaissant à la fois comme des allégories du langage commun et comme des spectres guettant toute réflexion intellectuelle. Pour peu que celle-ci relève d’une procédure d’analyse scientifique de la réalité, d’une étude rigoureuse des situations, le risque du cliché n’est jamais loin.

  • 1 https://www.youtube.com/watch?v=AOSTZSn0PrE

2« J’ai connu la tentation du cliché », dit Alain Badiou dans une entrevue télévisée1. Nous voilà rassurés : même les plus grands philosophes contemporains risquent de tomber dans ces poncifs ou, pour reprendre ses mots évoquant la définition des clichés par Platon, dans cette vision cynique et pauvre du monde. Badiou nous rappelle aussi que Platon définissait la philosophie comme la lutte contre les clichés, c’est-à-dire contre les opinions (« une parole choisie par l’histoire », dit Barthes) non fondées, ou ces « fausses évidences » que sont les mythes, selon Barthes (1970). On se rappellera comment Raymond Boudon, en faisant un lien entre l’idéologie et les idées reçues, appréhendait les manières par lesquelles on adhère aux idées fausses (1986). Dans un autre contexte, et plus récemment, l’ensemble de ces mots et expressions renvoie « à des notions de répétitions et d’informations figées » (Observatoire Régional de la Santé Nord – Pas-de-Calais, 2013 : 1). Il ne s’agira pas dans ce livre de trouver des définitions formelles ou ce que signifierait une idée reçue, par exemple. Il ne s’agira pas non plus de déterminer les conditions d’émergence, de circulation ou de temporalité de telles idées. D’ailleurs, une des idées reçues en la matière est que « les idées reçues ont la vie dure » !

  • 2 http://tv.uqam.ca/Default.aspx?v=53835&p=0
  • 3 Citation extraite d’un des rares mythes concernant l’Afrique dans son célèbre ouvrage.

3Ainsi, loin de nous l’idée d’inviter le lecteur à une réflexion de nature philosophique sur le bien-fondé des opinions ou encore le caractère objectif de la science. Mais il faut bien reconnaître, comme Bernard Rentier2, recteur de l’Université de Liège (Belgique), le rappelait récemment dans son plaidoyer en faveur d’un accès libre aux publications scientifiques, que l’obscurantisme est souvent lié à l’absence d’accès aux connaissances. Barthes (1970) évoquait justement ce « mythe obscurantiste » (39) et le « divorce accablant de la connaissance et de la mythologie3 » (72).

4Qui ne se souvient pas de cette fameuse rumeur d’Orléans, en France, à propos de la disparition de femmes, analysée par une équipe dirigée par Edgar Morin à la fin des années 1960 (Morin, 1969) ? L’équipe de sociologues s’était engagée dans une « entreprise de démythification » (9), montrant notamment « la très remarquable absence de souci de vérifier » (113). C’est dans cette aventure de vérification que nous souhaitons emmener le lecteur intéressé par les faits de la santé mondiale, en mettant en évidence la place cruciale de l’argumentation critique qui s’accompagne du souci de la nuance.

5Les origines de cet ouvrage collectif sont multiples. D’abord, nos recherches sont essentiellement réalisées en Afrique, dans le domaine de la santé. L’Afrique n’a pas la préséance sur les autres continents pour ce qui est de la circulation d’idées reçues, de mythes et autres rumeurs ; il suffit de penser au concept d’ethnie, qui représente bien cette mondialisation des croyances (Amselle et M’Bokolo, 1999). Dans un ouvrage sur L’Afrique des idées reçues (Courade, 2006), on discute par exemple du pouvoir des femmes ou des vertus communautaires des sociétés africaines dans un contexte où le traditionalisme culturel de ces sociétés est souvent convoqué abusivement (Olivier de Sardan, 1999, 2010). Ce travail fort passionnant nous a convaincu de l’intérêt de poursuivre notre réflexion, en faveur d’une diffusion plus grande des plus récentes données sur certains sujets de santé mondiale.

6Ensuite, nous nous sommes rapidement rendu compte que notre désir de partage des connaissances avec le plus grand nombre n’était pas solitaire. Bien d’autres avant nous s’étaient engagés dans des publications visant à contrer les idées reçues sur l’histoire ou sur l’Asie et l’Orient (Historia, 2010 ; Poulet, 2009). Tous les ans, le grand ouvrage des idées reçues est publié à destination du grand public (Éditions Cavalier Bleu) et récemment, au Québec, a été publié un livre où 50 idées reçues sont déconstruites par des chercheurs (Lamy, 2012).

7Enfin, par notre engagement dans le monde de la recherche appliquée et de la pratique de la santé publique en Afrique, au plus près des acteurs concernés depuis de nombreuses années, nous avons affronté au quotidien l’expression d’idées reçues. L’article « Pourquoi ces mères indifférentes ? Ou comment faire la part du culturel » publié par Marie-Cécile et Edmond Ortigues (1993) souligne l’intérêt à dépasser les discours à forts traits culturalistes de soignants à l’égard des usagers. Plus récemment, et en rapport direct avec nos domaines de recherche, on se souviendra par exemple de ce professeur de gynécologie osant affirmer haut et fort devant ses pairs lors d’une conférence nationale dans un pays d’Afrique de l’Ouest que rendre les accouchements gratuits allait provoquer plus de naissances. Évidemment, les preuves scientifiques vont à l’encontre de cette croyance (Ridde, Queuille et Ndour, 2014), mais cet exemple montre que même les esprits soi-disant les mieux formés (la fameuse médecine fondée sur des preuves) ne sont pas à l’abri, comme osait le dire Badiou, de dérives discursives, du « recours à une fausse nature […] d’images pauvres, incomplètes » (Barthes, 1970 : 222-223).

8En tant que chercheurs travaillant sur des faits de santé, cela nous rappelle les débats sur le culturalisme pratique de la santé publique, notamment en France (Fassin, 2001). N’est-ce pas dans ce sens que Didier Fassin et Anne-Claire Defossez, à partir d’une expérience d’enquête de terrain en Équateur, allaient jusqu’à qualifier le dialogue entre sciences sociales et santé publique de « liaison dangereuse » (Fassin et Defossez, 1992) ? Dès lors que ces relations sont envisagées de façon critique, il devient alors nécessaire de considérer, par exemple, l’indicateur de mortalité maternelle dans sa globalité et non sous le seul angle sanitaire que lui assignent des institutions internationales. « L’opinion que se forgent les médecins et les décideurs au sujet des populations qu’ils soignent ou administrent, de leurs comportements et des raisons ou des logiques qui les sous-tendent, se fondent souvent sur une connaissance qui ressortit à la sociologie ou à l’anthropologie spontanées, c’est-à-dire à une sorte de bon sens. Il en résulte une série d’idées reçues dont la plupart résistent mal à l’épreuve des faits. » (Ibid. : 28). Plus de vingt ans après la publication de cet article, ce rappel n’a pas pris une ride. Ainsi, en santé mondiale (enjeux de santé dépassant les territoires nationaux et essentiellement concernés par des questions d’équité), nous ne sommes pas à l’abri de l’existence, ou de la persistance, d’idées reçues parfois davantage chargées de préjugés que de preuves scientifiques. Certains vont affirmer par exemple que les hommes peuls préfèrent dépenser de l’argent pour soigner leurs animaux que leurs enfants ; que les femmes africaines n’aiment pas être accouchées par des hommes ; ou que les patients doivent payer les soins pour les valoriser.

9Ainsi, cet ouvrage collectif vise à présenter et à déconstruire quelques idées reçues en santé mondiale selon une perspective interdisciplinaire et sur des bases scientifiques à travers des exemples touchant l’ensemble des continents. La notion d’idée est abordée au sens large du terme, soit comme recouvrant les croyances, les valeurs, les préférences ou les principes véhiculés par les acteurs sociaux au regard de sujets touchant la santé (Béland et Cox, 2011). Certains textes traitent d’idées arrêtées, attestant ainsi la particularité de populations : des sociétés africaines qui seraient plus solidaires en situation de maladie, des femmes africaines qui feraient plus d’enfants, l’homosexualité qui n’existerait pas en Afrique. Parfois, les textes développés renvoient à la déconstruction d’idées circulant de façon plus implicite, par exemple, l’idée selon laquelle les méthodes contraceptives rendent stérile ou bien celle sur le fait que les prestations confessionnelles servent les pauvres. Enfin, d’autres textes s’attachent à commenter et à démonter des idées fortement associées aux investigations scientifiques, comme celui sur les questions que le VIH/sida pose aux politiques de santé ou alors celui sur la mise en place d’un système de financement basé sur les résultats.

10Pour déconstruire certaines idées reçues, nous avons réuni des spécialistes internationaux de multiples domaines d’expertise (santé publique, anthropologie, sociologie, histoire, économie) concernant des contextes géographiques divers (Asie, Afrique, Amérique latine, etc.) et autour des thèmes les plus variés possible (VIH, santé maternelle, santé de la reproduction, santé sexuelle, accès aux soins, offre de soins, nutrition, environnement). Si le thème de la santé mondiale est l’axe fédérateur de l’ensemble des textes, ceux-ci sont regroupés autour de six thématiques différentes : les politiques et les systèmes de santé ; la prévention et les soins ; la santé maternelle et infantile ; les populations vulnérables et l’équité ; les singularités des populations ; la recherche en santé.

11Notons que nous nous intéressons aux idées largement véhiculées, soit celles qui ont cours dans le grand public, et non pas aux idées d’experts ou aux débats entre scientifiques. Nous avons expressément demandé aux auteurs de ne pas user d’un jargon scientifique difficilement accessible en dehors du « jeu des perles de verre », comme dirait Hermann Hesse (1999), mais de s’adresser à un large public. Cela n’a pas toujours été facile, d’autant plus qu’il y avait la contrainte de rédiger des textes courts. Mais les auteurs ont tout de même pu partager leur plus intime connaissance de leur sujet d’expertise pour déconstruire ces idées reçues en santé mondiale. Aussi, au lieu d’une longue liste de références scientifiques qui ne donne que rarement envie de vérifier, chaque chapitre mentionne trois références clés, récentes et, pour certaines, accessibles sur Internet, que les lecteurs passionnés pourront lire pour approfondir le sujet.

12Au XIXe siècle, Gustave Flaubert s’est amusé à publier un dictionnaire des idées reçues, qui était surtout de nature humoristique. Notre ouvrage sur les idées reçues en santé mondiale n’est malheureusement pas humoristique, mais nous espérons que sa lecture sera aussi divertissante qu’instructive par sa dimension éclectique pour contribuer à lutter contre ces clichés néfastes au progrès des nations.

Bibliographie

Références

Amselle, J.-L. et M’Bokolo, E. (1999). Au cœur de l’ethnie : ethnies, tribalisme et Eìtat en Afrique. Paris : La Découverte.

Barthes, R. (1970). Mythologies. Paris : Éditions du Seuil.

Béland, D. et Cox, R. H. (dir.). (2011). Ideas and Politics in Social Science Research. New York : Oxford University Press.

Boudon, R. (1986). L’idéologie, ou, L’origine des idées reçues. Paris : Fayard.

Courade, G. (dir.). (2006). L’Afrique des idées reçues. Paris : Belin.

Fassin, D. (2001). Le culturalisme pratique de la santé publique. Critique d’un sens commun. In J.-P. Dozon et D. Fassin (dir.), Critique de la santé publique. Une approche anthropologique (p. 181‑208). Paris : Balland.

Fassin, D. et Defossez, A.-C. (1992). Une liaison dangereuse. Sciences sociales et santé publique dans les programmes de réduction de la mortalité maternelle en Équateur. Cahiers des Sciences Humaines, 28 (1) : 23-36.

Hesse, H. (1999). Le jeu des perles de verre. Essai de biographie du Magister Ludi Joseph Valet : accompagné de ses écrits posthumes. Paris : Librairie générale française.

Historia. (2010). 150 idées reçues sur l’histoire. Paris: First.

Lamy, G. (dir.). (2012). C’est faux ! 50 idées déconstruites par des spécialistes. Québec (Québec) : Septentrion.

Morin, E. (1969). La rumeur d’Orléans. Paris : Éditions du Seuil.

Observatoire Régional de la Santé NordPas-de-Calais. (2013). Observations inattendues… et capricieuses de la santé. Clichés. http://www.orsnpdc.org/observation/287339_1cliches.pdf

Olivier de Sardan, J.-P. (2010). Le culturalisme traditionaliste africaniste. Analyse d’une idéologie scientifique. Cahiers d’études africaines, L (2-3-4)(198-199-200), : 419‑453.

Olivier de Sardan, J.-P. (1999). Sociétés et développement. In D. Fassin et Y. Jaffré, Sociétés, développement et santé, Ellipses/AUPELF, 28-37.

Ortigues M.-C. et E. (1993). Pourquoi ces mères indifférentes ? ou comment faire la part du culturel. Psychopathologie Africaine, XXV (1) : 5-31.

Palier, B. et Surel, Y. (2005). Les « trois I » et l’analyse de l’État en action. Revue française de science politique, 55(1) : 7‑32.

Poulet, R. (2009). Dictionnaire des idées reçues sur l’Asie et l’Orient. Les Editions du Zaporogue.

Ridde, V., Queuille, L. et Ndour, M. (2014). Nine misconceptions about free healthcare in sub-Saharan Africa. Development Studies Research, 1(1) : 54‑63. doi : 10.1080/21665095.2014.925785

Notes

1 https://www.youtube.com/watch?v=AOSTZSn0PrE

2 http://tv.uqam.ca/Default.aspx?v=53835&p=0

3 Citation extraite d’un des rares mythes concernant l’Afrique dans son célèbre ouvrage.

Auteurs

Professeur agrégé de santé publique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, titulaire d’une chaire de recherche en santé publique appliquée des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et chercheur à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (IRSPUM)

Docteure en anthropologie sociale de l’École des hautes études en sciences (EHESS) de Marseille. Elle est chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) en France et ses travaux portent sur la santé de la reproduction et les catégories morales.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search