Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amerindia

 | 
Roland Viau

Troisième partie

9. Une utopie religieuse

La mission népissingue de l’Île-aux-Tourtes1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Séminaire de Saint-Sulpice, installé à Paris depuis 1645, ne joua jamais un rôle prééminent dans l’aventure montréalaise même s’il avait été associé à la fondation de Ville-Marie2. En 1657, cette congrégation envoie néanmoins des prêtres séculiers qui vivent en communauté, s’occupent d’exercer leur ministère auprès de la population établie dans les seigneuries de l’île, puis de christianiser et de franciser certains des groupes amérindiens cantonnés à Montréal ou en périphérie. Vers 1670, pour mener à bien son projet, la compagnie créa la mission algonquienne de Gentilly, en face de Dorval, la déplaça à Baie-d’Urfé, après 1674, et la renomma Saint-Louis-du-Haut-de-l’Île3. En 1703, le fléau de l’ivrognerie, lié en substance à l’extension de la contrebande dans l’ouest de l’archipel de Montréal, contraignit toutefois les curés résidents à relocaliser encore leurs ouailles sur l’Île-aux-Tourtes jusqu’à la création de la grande mission au lac des Deux-Montagnes, à Oka. Notre incursio...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540