Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amerindia

 | 
Roland Viau

Troisième partie

8. Une société de la forêt

L’Algonquinie avant la tutelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au moment de l’arrivée des Mistigoche (« bateaux de bois ») en Amérique1, l’entité ethnique et culturelle qui se désigne collectivement dans sa langue comme les Anishnabe (« les êtres humains »), mais que les Eurocanadiens nommeront les Algonquins (« nos alliés »), occupait et exploitait principalement les terres de la vallée de l’Outaouais2. Ce peuple sylvestre était alors subdivisé en différents agrégats sociaux structurés par des relations de parenté et par différentes stratégies d’approvisionnement rythmées par les cycles saisonniers.

La famille comme point d’ancrage

La famille (ote), c’est-à-dire un groupe de personnes reliées par le sang, l’alliance (ou le mariage) et l’adoption, et dont les membres résidaient habituellement ensemble, constituait le noyau dur de la société algonquine3. Sa forme la plus répandue, la famille conjugale, était fondée sur la monogamie ou l’union matrimoniale plus ou moins durable, mais socialement approuvée, de deux individus de sexes différents et d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540