Version classiqueVersion mobile

Amerindia

 | 
Roland Viau

Troisième partie

6. Philosophie d’un mythe

Tadodaho et la Société des Guerriers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il était une fois en Iroquoisie, au temps jadis, bien avant la rencontre des deux mondes, un personnage fabuleux, belliqueux et fort hideux appelé Tadodaho1. Son corps montrait sept distorsions produites par un vice de conformation2. Ses mains et ses pieds ressemblaient aux pattes de la tortue et de l’ours. Son phallus et ses bourses difformes le rendaient tout à fait abject. Son être, habité par un esprit hargneux et mû par la fureur, ne recelait aucune trace de générosité. Un tortillon de vipères hérissées embroussaillait sa chevelure. D’où son nom, Tadodaho, qui signifiait « Emmêlé ». Élu par des forces invisibles dissimulées dans les arbres, les rocs, les rivières et inspiré par des alliés de l’outre-monde l’ayant doté de pouvoirs mystérieux, on le disait puissant chamane. Aucun humain n’appréciait d’ailleurs sa présence car on lui prêtait les facultés de lancer des fléaux et de mobiliser la colonie des spectres malveillants qui hantait le monde des vivants.

Quand Tadodaho était ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search