Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amerindia

 | 
Roland Viau

Deuxième partie

3. Hochelaga

Quand Montréal avait un nom indien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’automne de l’an 1535, quand Jacques Cartier (1491-1557) remonte le Saint-Laurent et pose le pied sur l’île de Montréal, le navigateur breton aborde le territoire d’une troisième province politique iroquoienne, Hochelaga. En aval, Cartier et ses hommes ont déjà séjourné à Stadaconé (Québec) et visité Achelacy (Portneuf)1. Hochelaga était alors le cheflieu de la région montréalaise. À cette époque, l’endroit constituait aussi une agglomération rurale, en retrait du fleuve et à proximité de champs cultivés le long de la rivière Saint-Pierre, formée par le ruisseau Saint-Martin (aujourd’hui la rue Saint-Antoine) qui rejoignait d’autres ruisseaux. Cet établissement, où Cartier et une délégation de 25 membres de son équipage auront fait une brève visite (ils y restent à peine quelques heures), occupait un espace circulaire d’une superficie d’environ quatre hectares de terrain. Sa localisation exacte n’a jamais été repérée et fait débat2.

L’esprit du lieu

À ce jour, diverses hypothèses o...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540