Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre douze. « Toujours un atout dans notre jeu »

Maintien du traité de Rapallo, 1927-1930

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si le NKID est incapable de faire des progrès à Washington ou à Paris, il continue en outre de rencontrer des difficultés à Berlin. Nous avons quitté le récit des relations soviéto-germaniques au mois de juin 1927. Pour le meilleur ou pour le pire, la politique de Rapallo a été rétablie, en dépit de craintes des deux côtés. Tchitcherine et Krestinski entretiennent la relation avec l’Allemagne, en maintenant des contacts étroits avec l’Auswärtiges Amt et des politiciens, des banquiers et des hommes d’affaires. Ce n’est pas facile ; il y a toujours quelque chose qui ne tourne pas rond. Au mois de juin 1927, c’est une série d’exécutions de « Gardes blancs » en représailles à l’assassinat à Varsovie du polpred soviétique P. L. Voikov. La réaction à Berlin est prévisible : c’est la « panique » au sein des groupes commerciaux et bancaires, accompagnée d’une nouvelle campagne antisoviétique dans les journaux allemands1. En septembre 1927, Rantzau s’inquiète d’un rapprochement franco-soviét...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search