Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre dix. « Colossale infortune »

Coexistence hostile à Paris, 1925-1927

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir plus ou moins sauvé le traité de Rapallo avec l’Allemagne, le NKID se tourne vers Paris pour tenter de contrebalancer l’hostilité qui émane de Londres, exacerbée par les événements en Chine. Il était sans doute naïf de croire que l’URSS pouvait s’intercaler entre la France et la Grande-Bretagne, mais elle devait essayer, ne serait-ce que pour décourager l’Allemagne de prendre trop ses distances par rapport au traité de Rapallo. Les relations franco-soviétiques étaient toutefois parties du mauvais pied : des manifestations communistes avaient lieu à Paris et le Quai d’Orsay manquait d’intérêt pour la poursuite des négociations.

Malgré le pessimisme qui régnait à Moscou, la situation s’améliore à l’automne 1925. L’impression positive généralisée à l’égard des accords de Locarno semble déteindre sur les relations franco-soviétiques. Le gouvernement soviétique continue de faire pression en vue d’un règlement et Tchitcherine exhorte publiquement les Français à cesser leurs « t...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search