Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre neuf. Peur des Rouges, peur de la guerre

La Chine et la rupture des relations anglo-soviétiques, 1925-1927

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir normalisé ses relations avec Berlin, bien que de façon précaire, le Politburo peut faire preuve d’une plus grande assurance dans ses négociations avec le gouvernement britannique. À la fin de l’année 1926, les relations anglo-soviétiques se portent mal et continuent de se dégrader. Au mois de décembre, Rozengolts va rencontrer Gregory. Il n’a pas grand-chose de neuf à signaler à Moscou, si ce n’est que l’attitude au Foreign Office est « encore plus glaciale envers nous ». Se montrant lui-même cordial, Gregory fait observer que la politique étrangère britannique à l’endroit de l’Union soviétique « dépendait énormément de la conjoncture à l’intérieur du parti1 ». Alors toujours en Allemagne, Tchitcherine demande à Moscou s’il devrait chercher à rencontrer Chamberlain. « Pas à moins de recevoir une invitation directe », répond Staline2.

La Chine : « tout est devenu compliqué »

Lorsqu’il affirme que les relations anglo-soviétiques se sont détériorées depuis l’été 1926, Rozengo...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search