Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre huit. « L’aveugle et le boiteux »

La réaffirmation du traité de Rapallo, 1925-1927

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que les relations avec la Grande-Bretagne continuent de se détériorer, celles avec l’Allemagne vont finir par s’améliorer. Nous avons laissé le récit des relations germano-soviétiques à l’été 1925. À l’époque, les négociations commerciales tournent en rond en raison des discussions que les Allemands mènent avec la France et la Grande-Bretagne au sujet de la sécurité mutuelle. L’Allemagne veut trouver un juste équilibre entre l’Est et l’Ouest, en manœuvrant pour les opposer l’un à l’autre et en tirer avantage. L’idée de Stresemann consiste à affaiblir les relations entre la France et la Grande-Bretagne et à éviter de trop proches rapports avec Moscou, mais pas au point d’encourager un rapprochement franco-polono-soviétique, qui demeure un cauchemar pour les Allemands. Krestinski, qui est encore ambassadeur à Berlin, est un ardent défenseur de l’axe de Rapallo1.

Nikolaï Nikolaevitch Krestinski

Krestinski mérite qu’on le présente, car il joue un rôle important dans la politique étr...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search