Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre sept. Des principes et des représailles

Coexistence hostile à Londres et à Washington, 1925-1926

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que le gouvernement soviétique doit décider jusqu’où il ira dans son appui au mouvement révolutionnaire en Chine, il ne renonce pas à ses efforts pour éviter le pire avec Londres et cherche toujours à conclure une entente avec Paris. Toutefois, en raison de la « lettre de Zinoviev » et de l’échec du projet de traité anglo-soviétique, le Politburo est moins enclin à faire preuve de retenue dans ses politiques « orientales ». Si les conservateurs intransigeants s’imaginaient que l’évocation d’avenues bordées de potences destinées aux bolcheviks allaient intimider qui que ce soit à Moscou, ils ont fait fausse route. À juste raison, Chamberlain n’apprécie guère les déclarations publiques des trois ténors intransigeants que sont Birkenhead, Churchill et Joynson-Hicks. L’hostilité britannique est manifeste dans la presse et à la Chambre des communes, malgré le désir de Chamberlain d’en atténuer l’intensité. Si, à l’aube de l’année 1925, Litvinov est prêt à écarter l’idée du danger d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search