Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre quatre. « Contraints par des réserves »

Coexistence pacifique à Londres et à Paris, 1923-1924

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les bolcheviks ayant perdu tout espoir en une révolution allemande, le NKID se rabat sur des plans plus sensés, alimentés notamment par les élections parlementaires britanniques de 1923. Les arguments du NKID pour donner la préséance aux intérêts liés à la politique étrangère soviétique sur ceux du Komintern sont renforcés par le fiasco de la politique soviétique en Allemagne, suivi d’un autre, en Bulgarie, où le Politburo s’est également mêlé de ce qui ne le regardait pas. Tchitcherine n’en est que plus désireux d’améliorer les relations avec la Grande-Bretagne. Trois mois n’ont pas passé depuis la fin de la confrontation provoquée par l’ultimatum de Curzon qu’une délégation commerciale britannique débarque à Moscou pour entreprendre des discussions avec Tchitcherine, Krassine et d’autres représentants soviétiques. Si le Foreign Office ne fait pas grand cas de cette visite, Tchitcherine, lui, y voit au contraire la preuve que les Britanniques, poussés par la nécessité du commerce, ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search