Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre trois. Quelle orientation pour la politique soviétique ?

Confusion et incohérence, 1922-1923

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tchitcherine et Litvinov soutiendraient sans doute que la politique étrangère soviétique en Europe ne se limite pas à essayer d’améliorer les relations avec l’Allemagne. Les diplomates soviétiques témoignent aussi d’un grand intérêt envers la Grande-Bretagne et la France. Tchitcherine est assez optimiste en ce qui a trait aux relations anglo-soviétiques. Quant à Litvinov, s’il est peut-être plus sceptique, il n’en favorise pas moins l’étude des possibilités en dépit des accusations qui circulent à Moscou, selon lesquelles il fait preuve d’une trop grande sympathie envers la Grande-Bretagne. Manifestement, les historiens ultérieurs ne seront pas les seuls à le considérer comme un anglophile. La démission du pragmatique Lloyd George à l’automne 1922 semble assombrir les perspectives à Londres. Lord Curzon, toujours secrétaire d’État au Foreign Office, disposerait alors d’une plus grande marge de manœuvre pour poursuivre une politique antisoviétique.

George Nathaniel lord Curzon

Si l’on ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search