Version classiqueVersion mobile

Une guerre sourde

 | 
Michael Jabara Carley

Chapitre deux. « Nous devons faire du commerce et elles aussi »

Premières tentatives de coexistence pacifique, 1921-1922

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque les puissances occidentales envisagent l’établissement de liens avec la Russie soviétique dans les années 1920, leur principale préoccupation est la sécurité de l’ordre capitaliste, ou la « vaissellerie familiale ». L’image vient d’Arthur Steel-Maitland, ministre du Travail du gouvernement conservateur britannique en 1924. Comme il le dit, « jusqu’à ce que le voleur prouve qu’il est repenti, on ne lui confie pas notre argenterie1 ». Le « repentir » soviétique implique essentiellement que Moscou renonce à la révolution mondiale avant de pouvoir établir des relations économiques et politiques normales. La Russie soviétique avait donné une bonne frousse à l’Occident et il avait fallu mettre l’argenterie en lieu sûr. Le « repentir » ne sera pas facile à obtenir.

Bien que la peur des Rouges diminue après la bataille de Varsovie en août 1920, les puissances occidentales ne sont pas certains que les bolcheviks soient prêts à renoncer à la révolution mondiale. De leur côté, les bolch...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search