Version classiqueVersion mobile

Une chronique de la démocratie ordinaire

 | 
Caroline Patsias

Chapitre 3. L’élargissement du champ des préoccupations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La dimension politique des groupes communautaires autonomes québécois a fait l’objet de plusieurs études. Classiquement, ces dernières portaient sur la contribution au changement social de ces groupes : œuvrent-ils à une transformation de la société ou sont-ils aujourd’hui cantonnés à une demande de services ? (Hamel, 1991 ; Jetté, 2008 ; White, 2005). Le débat autour du syndrome NIMBY est plus récent ; il s’inscrit dans les discussions autour du développement de Montréal et plus généralement du Québec, mais il a surtout intéressé les économistes et les journalistes. Peu de spécialistes du milieu communautaire ont associé ces groupes au phénomène NIMBY, pour plusieurs raisons ; ce n’était pas leur problématique de travail et il était difficile d’y associer des groupes qui revendiquaient le changement social. À Marseille, la situation est à l’exact opposé. Les groupes sont étudiés très majoritairement sous l’angle du clientélisme ou pour déplorer une instrumentalisation de la démocra...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search