Version classiqueVersion mobile

Une chronique de la démocratie ordinaire

 | 
Caroline Patsias

Chapitre 1. Pourquoi s’engager dans un comité ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quiconque demanderait à un journaliste marseillais ou à tout quidam s’intéressant à la politique locale marseillaise si les comités d’intérêt de quartier (CIQ) sont politiques recevrait une réponse positive accompagnée d’un sourire entendu. À Québec la réponse serait peut-être plus nuancée, mais l’interlocuteur averti reconnaîtrait sans peine le rôle des groupes communautaires dans la formulation des politiques publiques, ou du moins leurs relations particulières avec l’État québécois.

Paradoxalement, les membres des deux groupes n’évoquent jamais une quelconque dimension politique ; le terme n’affleure même pas lors des interviews, quand vient le temps de se rappeler et de justifier leur engagement aussi bien au sein de la métropole phocéenne que dans la cité québécoise. Autre paradoxe, les deux groupes ne ressemblent pas au portrait dressé par les critiques, particulièrement en France. L’accusation de nimbysme associe les groupes et leurs membres à une petite bourgeoisie conservatr...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search