Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme et pluriculturalisme

 | 
Jane Koustas
, 
Denise Merkle
, 
Gillian Lane-Mercier

2. Quel avenir pour le plurilinguisme luxembourgeois ?

Adaptation d’un modèle historique

Núria Garcia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Luxembourg présente une constellation plurilingue originale se caractérisant par l’absence de groupes linguistiques délimités et territorialisés et se distingue ainsi des États à l’intérieur desquels plusieurs communautés linguistiques territorialisées cohabitent historiquement, comme la Belgique, la Suisse ou le Canada. Dans cet État, le plurilinguisme officiel (français, allemand et luxembourgeois) est doublé d’un très fort taux de multilinguisme : en plus de leur langue maternelle, 92 % de la population maîtrisent au moins deux langues et 69 % indiquent en parler au moins trois1. Cette maîtrise généralisée de plusieurs langues – il s’agit le plus souvent des trois langues « usuelles », auxquelles s’ajoute l’anglais – est un autre facteur distinctif du Luxembourg par rapport à la plupart des sociétés officiellement plurilingues.

Si le modèle historique du plurilinguisme fait l’objet d’un large consensus et d’un attachement très fort parmi les citoyens luxembourgeois, le pourcent...

Auteur

Docteure en science politique et chercheure associée au Centre d’études européennes de Sciences Po. Sa thèse, « Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg », a été soutenue en 2014. Elle enseigne actuellement en tant qu’attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’IEP de Grenoble. Elle est membre du bureau du comité de recherche RC50 « La politique des langues / The Politics of Language » de l’IPSA.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search