Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme et pluriculturalisme

 | 
Jane Koustas
, 
Denise Merkle
, 
Gillian Lane-Mercier

1. Les politiques en matière de traduction en Belgique de 1830 à 1914

Lieven D’Hulst, Marie Bourguignon, Koen Lemmens, Bieke Nouws, Heleen Van Gerwen et Reine Meylaerts

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout au long du XIXe siècle, les processus européens de démocratisation ont été accompagnés d’efforts de politisation de l’usage des langues et des relations entre celles-ci. L’action légale, politique et sociale des citoyens dépendait de ses ressources communicatives. Or celles-ci se cantonnaient à l’usage d’une langue partagée, dite nationale, qui assurait le relais entre les citoyens et les autorités et permettait aux citoyens d’exercer leur droit de contrôle sur les autorités. La maîtrise de la langue nationale donnait en outre accès aux documents officiels, et notamment aux textes de loi. De plus, cette langue était censée porter, voire enrichir des sentiments d’appartenance et d’identité nationales.

Comme d’autres formations géopolitiques, la Belgique a dès sa naissance officielle accrédité cette logique nationale, le français étant d’un seul tenant adopté comme langue officielle du nouvel État. Le premier gouvernement belge s’engagea fermement à supprimer graduellement le néer...

Auteurs

Professeur à la KU Leuven, où il dirige le groupe de recherche « Traduction et transfert interculturel ». Il est comparatiste et historien de la traduction et s’intéresse de près aux sujets suivants : les littératures francophones des 19e et 20e siècles (Belgique et Caraïbes) ; l’historio graphie de la traduction littéraire de langue française (19e siècle) ; les politiques des traductions en Belgique depuis le Moyen Âge. Il est membre du comité éditorial de Target et co directeur de la collection « Traductologie » d’Artois-Presses-Université.

Diplômée en droit et détient un master complémentaire en information et communication ainsi qu’un certificat en éthique économique et sociale de l’UCL (Belgique). Elle prépare une thèse de doctorat dans le cadre du projet de recherche intitulé « Émergence et évolution des politiques de traduction en Belgique de 1830 à 1914 ». Sa recherche porte sur le rôle joué par les autorités dans l’élaboration de ces politiques et sur l’évolution du statut légal de la traduction institutionnelle.

Détient un PhD de l’European University Institute, Florence, Italie. Il enseigne les droits de l’homme, ainsi que le droit constitutionnel et le droit des médias à la Katholieke Universiteit Leuven et le droit de la presse à la Vrije Universiteit Brussel. Ses recherches se situent dans ces domaines, avec un intérêt particulier pour la Convention européenne des droits de l’homme et la liberté d’expression.

Détient une maîtrise en histoire de l’Université d’Anvers et poursuit ses études de doctorat en traductologie à la KU Leuven. Membre du groupe de recherche « Translation Studies and Intercultural Transfer », elle collabore à un projet sur la (les) politique(s) de traduction en Belgique entre 1839 et 1914. Elle aborde ces politiques du point de vue de l’organisation, des pratiques de traduction officielles et administratives, ainsi que des opinions relatives à ces dernières.

Titulaire d’un bachelor en langues et littératures française et anglaise et d’un master en littérature occidentale. Elle prépare un doctorat à la KU Leuven sur les pratiques traductives en Belgique de 1830 à 1914 dans le cadre du projet de recherche « Emergence and evolution of translation policies in Belgium (1830-1914) : An interdisciplinary inquiry into multilingual citizenship ».

Professeure de littérature comparée et de traductologie à la KU Leuven où elle enseigne des cours sur la littérature européenne, la littérature comparée, la traduction et le plurilinguisme littéraire. Ses intérêts de recherche couvrent les politiques de traduction, ainsi que la médiation et le transfert interculturels dans les cultures plurilingues. Elle est responsable des recensions pour la revue Target et elle a été coordinatrice du 2011-2014 : FP7-PEOPLE-2010-ITN : TIME : Translation Research Training : An integrated and intersectoral model for Europe.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search