Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosophies de la connaissance

 | 
Robert Nadeau

16. Les théories sociologiques de la connaissance

Yves Gingras

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les réflexions sur l’origine des connaissances ont longtemps été le domaine réservé des philosophes. Depuis Platon, en effet, comme en témoignent les contributions à ce volume, on ne compte plus les grands philosophes qui ont proposé leur théorie de la connaissance. Qu’elles mettent l’accent sur les sensations ou sur la raison, elles ont cependant généralement en commun d’être essentiellement individualistes en ce qu’elles s’attardent avant tout aux liens entre le sujet individuel et le monde extérieur avec lequel il est en interaction1.

L’idée que les catégories de pensée des agents tout comme les concepts qu’ils forgent ne soient pas fixés une fois pour toutes, mais soient le résultat des structures sociales et varient donc selon les sociétés, prend forme au milieu du XIXe siècle avec les premières analyses de Karl Marx. Mais il faut attendre le début du XXe siècle avec les travaux du sociologue français Émile Durkheim pour que se développe une nouvelle discipline, la sociologie de...

Auteur

Professeur titulaire au département d’histoire, chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) de l’Université du Québec à Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences. Ses travaux portent sur l’histoire de la mathématisation de la physique, la formation des disciplines scientifiques et la transformation des universités depuis 1700. Ses titres les plus récents sont Sociologie des sciences (PUF, 2013), Les dérives de l’évaluation de la recherche (Raisons d’agir, 2014), L’Impossible dialogue. Sciences et religions (Boréal, 2016).

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540