Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosophies de la connaissance

 | 
Robert Nadeau

10. Hegel et la force infinie du savoir1

Iain Macdonald

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une des caractéristiques les plus frappantes de la théorie hégélienne de la connaissance consiste en l’optimisme apparemment débridé qu’elle témoigne à l’égard de la capacité du sujet à connaître son objet. En effet, Hegel confère à ce qu’il appelle « la méthode », ou le développement dialectique de l’objet par la cognition, un champ d’application en principe sans bornes. L’étendue de cet optimisme est d’ailleurs rendue parfaitement évidente dans la Science de la logique où Hegel écrit :

nul objet… ne peut résister ; nul objet ne peut posséder une nature qui ne soit pas celle de la méthode et il n’est pas d’objet qui ne soit pénétré d’elle… [La méthode] est, en conséquence, non seulement la force [Kraft] la plus haute, ou plutôt la force unique et absolue de la raison, mais aussi sa pulsion [Trieb] la plus haute et unique à se retrouver et à se reconnaître soi-même et par soi-même dans tout1.

Autrement dit, la cognition est un processus qui se déploie et s’accomplit de lui-même ; elle...

Auteur

Professeur titulaire au département de philosophie de l’Université de Montréal et professeur associé au département de philosophie de l’Université McGill. Il est l’auteur de plusieurs articles sur Hegel, Adorno et Heidegger, ainsi que co-directeur de deux ouvrages collectifs : Adorno and Heidegger : Philosophical Questions (Stanford University Press, 2008) et Les normes et le possible : héritage et perspectives de l’École de Francfort (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013). Ses recherches sont plus généralement axées sur la modalité dans le cadre de la philosophie européenne post-kantienne.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540