Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosophies de la connaissance

 | 
Robert Nadeau

9. L’origine, l’étendue et les limites de la connaissance a priori selon Kant

Claude Piché

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. La critique de la faculté de connaître

C’est sans doute à bon droit que l’on dit de la Critique de la raison pure qu’elle contient la « théorie de la connaissance » de Kant. En effet, la première Critique est d’abord et avant tout un ouvrage de philosophie théorique dans lequel sont inventoriés et examinés les principes premiers de toute connaissance. Toutefois, il convient de faire remarquer que l’expression théorie de la connaissance – en allemand Erkenntnistheorie –, bien que l’on s’en serve souvent pour désigner le contenu de cet ouvrage, n’est pas de Kant lui-même. Elle a fait son apparition au début du XIXe siècle, où elle a acquis un sens spécifique associé aux premières vagues de « retours à Kant », et ce en réaction explicite à l’idéalisme allemand1. En d’autres mots, c’est le néo-kantisme qui, à l’aide de cette expression, a cherché à réhabiliter la pensée de Kant, par-delà Schelling et Hegel, en mettant en lumière le fait que la philosophie critique a pris tout...

Auteur

Professeur associé au Département de philosophie de l’Université de Montréal. Ses travaux portent principalement sur Kant et sur l’idéalisme allemand. En plus de nombreux articles, il a publié Das Ideal, ein Problem der Kantischen Ideenlehre (Bonn, Bouvier, 1984) et Kant et ses épigones : le jugement critique en appel (Paris, Vrin, 1995). À titre de coordonnateur, il a également fait paraître (avec F. Duchesneau et G. Lafrance) Kant actuel, hommage à Pierre Laberge (Montréal et Paris, Bellarmin/Vrin, 2000) et Années 1781-1801. Kant : Critique de la raison pure, vingt ans de réception (Paris, Vrin, 2002).

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540