Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosophies de la connaissance

 | 
Robert Nadeau

6. Leibniz critique de Locke sur l’entendement humain

François Duchesneau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le statut primordial de la théorie de la connaissance en philosophie est une invention moderne. Non certes que les philosophes ne se soient dès l’Antiquité interrogés sur nos moyens de connaissance et sur la possibilité de constituer un savoir fondé en raison. Mais des circonstances particulières au cours du XVIIe siècle ont induit la primauté de l’interrogation épistémologique. Ces circonstances avaient trait à l’objectif de constituer une science de la nature sur les bases conjointes de l’expérience et de la raison. C’est en fonction d’un tel projet que le questionnement philosophique s’est déplacé vers une position nouvelle, celle du sujet s’interrogeant sur son propre pouvoir de connaître et comparant divers modèles méthodologiques auxquels il était possible de confronter la science en voie de formation. De cette position philosophique nouvelle, l’Essay concerning Human Understanding (1690) de John Locke (1632-1704) porte sans doute l’illustration originelle. D’où l’intérêt de r...

Auteur

Membre de la Société Royale du Canada, est professeur émérite de philosophie moderne et de philosophie et d’histoire des sciences à l’Université de Montréal. Il a publié de nombreux ouvrages sur la philosophie des XVIIe et XVIIIe siècles et sur l’histoire des théories biologiques de la Révolution scientifique à nos jours, entre autres Philosophie de la biologie (Paris, Presses Universitaires de France, 1997), Les Modèles du vivant de Descartes à Leibniz (Paris, Vrin, 1998), Leibniz. Le vivant et l’organisme (Paris, Vrin, 2010) et La Physiologie des Lumières (2e éd., Paris, Classiques Garnier, 2012).

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540