Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosophies de la connaissance

 | 
Robert Nadeau

4. Le savoir selon Guillaume d’Ockham

Claude Panaccio

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première moitié du XIVe siècle est l’une des périodes les plus riches de l’histoire de la philosophie occidentale. Jean Duns Scot y produit ses œuvres majeures en métaphysique et en théologie ; la logique et la sémantique philosophiques, dans la foulée de Gauthier Burley, connaissent un essor sans précédent ; la mathématisation des sciences de la nature devient pour la première fois sérieusement envisageable avec Thomas Bradwardine et les Calculatores d’Oxford ; et c’est l’époque, surtout, où le nominalisme s’articule en système chez l’Anglais Guillaume d’Ockham et le Français Jean Buridan. La notion de science – ou de savoir (scientia) – se retrouve alors au cœur de nombreuses discussions, profondes et précises : quel est au juste le statut du savoir parmi les états mentaux, quels en sont les objets, et comment est-il possible au bout du compte de savoir quoi que ce soit ? Les idées d’Ockham à ce propos, qui font l’objet du présent chapitre, n’ont pas toutes été appréciées à leu...

Auteur

Professeur retraité de l’Université du Québec à Montréal. Membre de la Société Royale du Canada, il a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Théorie de la connaissance de 2004 à 2015. Il est l’auteur de nombreux travaux en philosophie médiévale, en philosophie de l’esprit et en philosophie du langage, dont Les mots, les concepts et les choses chez Vrin en 1992, Le discours intérieur aux Éditions du Seuil en 1999 et Ockham on Concepts chez Ashgate en 2004.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540