Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie III. La biomédecine, ses avatars et ses détracteurs

Chapitre 8. Révolution thérapeutique, Big Pharma et (sur) consommation de médicaments

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est une anomalie dont on prend acte d’emblée lorsque l’on étudie la consommation de médicaments : une sous-représentation dans l’historiographie qui tranche avec une extrême présence dans les pratiques de santé des sociétés contemporaines. Charles Rosenberg écrivait en 1992 que les historiens ont toujours considéré le médicament comme un objet étrange, d’où leur mépris. Le prenant au mot, Olivier Faure a montré à quel point ce dernier est un outil de soins très populaire dès la fin du 19e siècle, oriflamme d’une révolution thérapeutique en gestation qui jure avec le nihilisme militant de certains médecins. En quelques décennies, le produit se taille une place cruciale non seulement dans la prévention (vaccin) et le traitement des maladies infectieuses (antibiotiques), mais aussi dans le diagnostic, la prédiction, la promotion de la santé et la gestion des maladies chroniques. Son hyper-consommation actuelle, au coût de près de mille milliards de dollars américains annuels, est à ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search