Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie III. La biomédecine, ses avatars et ses détracteurs

Chapitre 7. Principes et illusions d’une biomédicalisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aux dires de la sociologue Adele Clarke, la biomédicalisation consiste en une intensification de la « médicalisation de la vie » qui se révèle dans une extension continue des compétences de la médecine, surtout à partir des années 1980. Elle se distingue de la médicalisation par les structures (complexe producteur de technologies et de services dominés par le privé), les cibles (surveillance des risques et transformation des corps plutôt que traitement des maladies) et les formes de gouvernement impliquées (participation et mise en réseau au lieu d’un contrôle direct et explicite). Pour plusieurs historiens, l’amorce de ce processus, quel que soit le nom dont on l’affuble, est antérieure et dispose bien sûr de spécificités locales : William Bynum en retrace la genèse chez Claude Bernard et Robert Kock ; Jean-Paul Gaudillière estime, quant à lui, que ses véritables prémices sont à déceler dans la construction de la Big Science américaine durant la Deuxième Guerre mondiale. Celle-ci a...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search