Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie II. La médecine moderne à la rencontre des femmes, des fous et… des démunis

Chapitre 6. De la médecine sociale aux déterminants sociaux de la santé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les chapitres 4 et 5 ont mis en relief que la médicalisation qui s’enclenche véritablement dans la deuxième moitié du 19e siècle ne se concentre pas seulement sur les maladies et qu’elle passe par une pathologisation, dans le sens d’une biologisation le plus souvent, ainsi qu’une normalisation d’un certain nombre de comportements et d’actes. Il s’agit de voir à présent jusqu’à quel point le processus cible certains groupes d’individus dans des contextes historiques spécifiques. On pourra alors entrevoir d’autres lieux où le langage médical s’est imposé comme un mode légitime de gestion de l’ordre social. Ce langage sert à l’occasion à prendre des décisions profondément idéologisées, comme dans le cas de la gestion du suicide dans l’URSS des années 1920 évoqué précédemment. Il est un idiome moralisateur auquel se heurte souvent, et presque paradoxalement, la négligence de certaines réalités sociales. Si les débuts de la médecine sociale (chapitre 2) promettaient une entente sur le lo...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search