Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie II. La médecine moderne à la rencontre des femmes, des fous et… des démunis

Chapitre 5. Des corps dénués de lésion et des maladies sans germe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est un domaine de la santé humaine dans lequel les connaissances accumulées depuis le 17e siècle semblent avoir eu beaucoup de mal à s’inscrire : celui de la santé mentale. L’histoire médicale de la folie pose toutes sortes de questions et a largement alimenté les théories et les débats autour de la définition même du concept de médicalisation. À l’heure de l’érection d’un système médical scientifique, objectif et universel, de l’avènement de la spécificité de la maladie, d’une obsession grandissante pour son étiologie, la prise en charge du malade mental ne peut qu’être épineuse. Celui-ci est-il atteint d’un mal physique ou psychique ? Où en seraient les marqueurs biologiques ? Dans ce cerveau siège des émotions et de l’intentionnalité ? Où diable sinon se nicherait la déraison ? Et qu’est-ce qu’un comportement déraisonnable, et aux yeux de qui ? L’analyse de la folie moderne constitue simultanément un outil de traduction privilégié de la maladie comme construction historique, a...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search